Compte Search Menu

Focus

Nos monstres et merveilles : Johan Muyle au MACS

Johan Muyle au MACS : vue d'ensemble
Johan Muyle au MACS : icônes en tous genres, de tous temps et toutes cultures, recyclées en objets divinatoires. Voyez, écoutez, ils gesticulent, parlent, interprètent le monde, inventent des rêves libératoires.

Sommaire

Une exposition de Johan Muyle – surtout une rétrospective – tient du magasin de jouets électroniques hackés, du laboratoire d’expériences cognitives loufoques et de la caverne de Platon où les ombres de la vie extérieure, projetées sur les parois, sont prises pour le réel. Mais, ici, les objets lointains – ceux dont la fabrication industrielle ou intellectuelle cherchent à nous enfermer dans un univers factice – sont saisis, démembrés, remontés, assemblés, mutés et mis au travail pour multiplier les possibilités d’échapper à la version officielle des faits qui nous gouvernent.

Anecdotique et universel particulier

On dirait le vaste atelier d’un globe-trotter sans âge, ayant parcouru l’histoire de peuples différents, collectionnant les objets transitionnels de chaque culture rencontrée. — Pierre Hemptinne

Ces objets ordinaires ou extraordinaires en lesquels se cristallisent des cosmogonies singulières engendrées par des « collisions en chaînes » de drames et de bonheurs, individuels et collectifs. Ces faits banals ou exceptionnels qui forgent l’esprit d’un peuple, d’un groupe social, d’une lutte de classe située dans telle ou telle configuration, anecdotes gagnant peu à peu une dimension d’universel particulier, reliant local et global et qui s’incarnent dans des design datés, des objets usuels, vintage, des traces mémorielles, des superstitions, des rituels, des envoûtements, des témoignages artistiques, politiques, artistiques.

Jouant avec les référents artistiques, culturels, sociaux d’époques, de classes et régions géopolitiques différentes, il ne brise pas les règles du jeu qui régissent le champ des arts (au sens large). Il en démine les effets d’impositions, de discrimination et de distinction, il les déplace. Il adapte et déplace les manières de jouer, pour faire apparaître autre chose, les coulisses de ce qui est jeu. Il interprète. Il produit une tentaculaire machinerie onirique d’interprétations de l’histoire de l’art et des cultures, un remix iconoclaste – bien que générant de nouvelles images fortes – de tout le partage du sensible tel qu’il a été instrumentalisé par les pouvoirs modalisant les normes d’existence sociale et économique.

Objets hybrides, monstrueux, merveilleux

Il bricole avec une multitude de biens culturels, concrets ou virtuels, physiques ou immatériels qui nous traversent en permanence la mémoire autant individuelle que collective (là où elles s’interpénètrent). Genre rebuts trouvés au grenier, par exemple électroménager d’un autre temps ou animal empaillé abandonné comme une vielle peluche, images d’Épinal qui ne cessent d’essaimer à la manière de graines de pissenlits, objets exotiques trouvés sur un marché africain ou asiatique, photos de presse emblématiques d’une époque, archétypes de l’art antique ou référents incontournables de l’art bourgeois, copies d’arts religieux traditionnels…

Il connecte ces membres dépareillés, les rassemble en organologies monstrueuses-merveilleuses qui bougent, parlent ou émettent de la lumière, font surgir des images d’archives, parfois effrayantes. Bricolage céleste. — P. H.

En confrontant dans ses collages vivants, en trois dimensions, des éléments culturels différents, populaires ou élitistes, artisanaux ou industriels, légitimes ou illégitimes, il ne produit aucune exclusion, il ne tranche pas en faveur de tel ou tel régime de l’art, de tel ou tel camp : il montre que ça circule entre ces registres que certains opposent, qu’ils sont complémentaires et que les imaginaires outillés pour butiner de l’un à l’autre sont plus féconds, trouvent plus facilement un cheminement récréatif et re-créatif, contribuant à réduire l’entropie inhérente à toute production d’énergie humaine (fût-elle artistique) et stimulant la biodiversité des imaginaires. Établir et jouir de la complémentarité des productions esthétiques, de leurs connivences sous-jacentes, plutôt que s’aliéner dans la logique hiérarchique et excluante de ceux qui font jouer les histoires humaines les unes contre les autres, au nom d’une notion de « propriété intellectuelle » dont la valeur augmente à proportion de la (supposée) « génialité » contenue dans le produit fini.

Incubation d’allégories à contre-courant, libératoires

Ces assemblages de symboles intemporels et de fragments pragmatiques de vécus éparpillés à la surface du globe, de copies patrimoniales et d’objets originaux, d’archives réelles et de prospectives en apesanteur, ces assemblages hétérogènes reforment des allégories décalées, qui soumettent à l’épreuve de la vérité toute une série de choses qui conditionnent nos existences présentes.

Le pouvoir qui se cogne dans une salle vide, la robotisation des émotions, le cercle des générations mis en abîme entre culture et contre-culture, l’aura de la royauté impuissante, naissance et esclavage du monde… — P. H.


Ces allégories n’existent pas seules, pour elles-mêmes. Les parties hétérogènes qui, en principe se rejettent, sont disposées de façon à rendre actif un point aveugle qui les aimante et fait qu’elles tiennent ensemble, que leurs dialectes différents convergent vers une langue commune, imagée. Ce point est tapi, comme un œil. Et c’est lorsque qu’un·e visiteur·euse s’approche, examine, se penche en se questionnant, à la recherche du stade d’empathie avec l’œuvre à déchiffrer, qu’un déclic a lieu, mouvement physique, déplacement, rotation, musique, paroles, flux d’images vivantes ou spectrales. La balade dans la pénombre, ponctuée de formes somnambuliques, de constellations lumineuses, est décidément peu muséale en soi. Traversée d’un atelier. Entre profondeur et légèreté, limpidité et mystère. Une constellation, lumineuse et ténébreuse, de « pensées en mouvement », en incubation permanente (on a l’impression que le bricolage continue d’opérer).

Pierre Hemptinne


Johan Muyle : No Room for Regrets

Jusqu'au dimanche 18 avril 2021

MACS (Musée des Arts contemporains)
82, rue Sainte-Louise
7301 Hornu



Classé dans