Compte Search Menu

Focus

La Papouasie-Nouvelle-Guinée | musiques modernes – bamboo et guitar bands

George Telek

musiques du monde, guitare, mondorama, pop, Mélanésie, Océanie, Papouasie-Nouvelle-Guinée

publié le par Benoit Deuxant

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, divers groupes ont modernisé leur musique, jouant des mélodies à la guitare ou avec des instruments en bambou.

Dès la fin du 19e siècle, des changements importants viennent bouleverser les musiques traditionnelles de Papouasie. L’influence occidentale se manifeste de deux manières différentes. Tout d’abord, comme dans toute la région, les missionnaires chrétiens cherchent à faire disparaître les religions anciennes. Ils vont interdire les festivités coutumières et remplacer leurs musiques par des hymnes et des chants gospel. Ensuite, la musique occidentale enregistrée se diffuse dans l’île par la radio, et les instruments modernes, apportés par les marins, les chercheurs d’or, et plus tard par les soldats stationnés là durant la Deuxième Guerre mondiale, rencontrent une très grande popularité. Les harmonicas, les accordéons, mais surtout les guitares et les ukulélés, vont lancer la mode des string bands à partir des années 1950.

Les premiers groupes étaient avant tout inspirés par la musique country. Parmi les artistes qui apparaissent à cette époque, on peut citer Blasius To Una, qui chantait, en s’accompagnant à la guitare, des textes en langue kuanua (du peuple Tolai). Dans les années 1960, les groupes vont passer aux guitares électriques et progressivement délaisser les langues locales pour chanter en pidgin. Des groupes comme les Kopikats vont se lancer dans le rock, tandis que d’autres comme les Paramana Strangers vont rester plus proches de la musique des string bands. Le style va évoluer vers la musique des laiv ben (les live bands, ou groupes de concert) influencés par la musique pop américaine et le reggae. Parmi les artistes à la plus grande longévité, il faut citer George Mamua Telek, actif depuis les années 1970, qui chante en kuanua et en tok pisin (le créole néo-mélanésien), dans un style qui rappelle les harmonies à trois voix du peuple Tolai.

Une autre forme musicale étrangère va également se répandre dans l’île avec les bamboo bands venus des îles Salomon. Jouée sur des orchestres de tubes de bambous de différentes tailles, frappés à une extrémité avec une sandale, la musique des bamboo bands est arrivée en Papouasie dans les années 1970 et est rapidement devenue une attraction très populaire.

La musique traditionnelle est aujourd’hui préservée, sous la forme d’événements culturels, où les styles des différents groupes ethniques sont représentés, en même temps que des genres pop modernes. Si elle est ainsi détournée de son contexte coutumier, cela a néanmoins permis de la maintenir vivante. (BD)


Toutes les musiques de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont expliquées sur les pages suivantes:

> Introduction

> Musiques traditionnelles – cérémonies publiques et rituels sociaux

> Musiques modernes – bamboo et guitar bands

Classé dans

En lien