Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
 

Disponibilité et classement

ou

SONATE E SONATE A TRE
Herman-Francois DELANGE

SOLSTICE ENSEMBLE - Isabelle LAMFALUSSY...

  • Ref. BD3636
  • MUSICA FICTA, 2011. Enregistrement 2010.

Herman-François Delange a joué un rôle important dans l'évolution musicale de la Principauté de Liège au 18ème siècle. Né à Liège le 2 juin 1715, il commença par être choriste à la collégiale Saint Martin ce qui lui assura sa première formation musicale. Remarqué pour ses aptitudes, il poursuivit des études classiques au Collège des Jésuites à Saint Martin, étudiant le violon, probablement avec Joseph Clément et reçut des leçons d'harmonie avec Jacques-Georges Lelarge, organiste de l'église. Il semble avoir bénéficié d'une bourse d'étude émanant de la Fondation Darchis, du nom d'un mécène liégeois. Cette bourse lui ouvre les portes du Collège Liégeois de Rome dès 1740 où il étudie la fugue et le contrepoint. Ce voyage ne peut que laisser des traces profondes dans sa manière de composer, ce dont témoignent les sonates enregistrées sur ce disque. De retour à Liège, il est engagé comme premier violon à l'église Saint Martin. A partir de 1760, il fait partie des violonistes de la collégiale Saint Paul, poste qu'il occupera jusqu'à son décès en 1781. C'est entre 1764 et 1769 que Delange semble avoir été le plus actif : 24 symphonies, 12 sonates en trio, 8 messes, des motets et diverses oeuvres. Son opéra Le riche malheureux et le réformateur des moeurs de ce siècle fut créé à Liège au théâtre des Jésuites le 23 août 1763 suivi en 1776 par un opéra comique Nicette, ou L'école de la vertu. Il faisait paraître entre 1765 et 1766 un mensuel contenant des chansons avec basse continue. Pour revenir aux sonates enregistrées ici, elles sont extraites de deux recueils VI sonate a violino solo et basso da camera et Sei Sonate a tre strumenti. La partie de violon pouvait être tenue par une flûte. Le langage de ces sonates rattache Delange au style galant faisant de lui un jalon non négligeable de la transition entre musique baroque et musique classique. Il y a gros à parier que des oeuvres de ce compositeur de nos régions dorment encore dans les bibliothèques, attendant des musiciens capables de leur redonner vie. Espérons que l'attente ne soit plus trop longue. AG

Écouter les extraits

Interprètes

Œuvres

  • Sonata a tre V, Do
  • Sonata II, Sol, Op. 1.2
  • Sonata V, Ré, Op. 1.5
  • Sonata a tre II, la
  • Sonata I, Do, Op. 1.1
  • Sonata III, si, Op. 1.3
  • Sonata a tre VI, Ré

Pistes

  • 1 Sonate a tre V: I. Andantino
  • 2 Sonate a tre V: II. Allegro
  • 3 Sonate a tre V: III. Fuga
  • 4 Sonate II, Op. 1: I. Adagio
  • 5 Sonate II, Op. 1: II. Allegro
  • 6 Sonate II, Op. 1: III. Allegro assai
  • 7 Sonate V, Op. 1: I. Adagio
  • 8 Sonate V, Op. 1: II. Allegro
  • 9 Sonate V, Op. 1: III. Allegro
  • 10 Sonate a tre II: I. Largo
  • 11 Sonate a tre II: II. Allegro Staccato
  • 12 Sonate a tre II: III. Presto
  • 13 Sonata I, Op. 1: I. Andante
  • 14 Sonata I, Op. 1: II. Allegro
  • 15 Sonata I, Op. 1: III. Presto
  • 16 Sonata III, Op. 1: I. Adagio
  • 17 Sonata III, Op. 1: II. Allegro
  • 18 Sonata III, Op. 1: III. Aria vivace
  • 19 Sonate a tre VI: I. Largo
  • 20 Sonate a tre VI: II. Allegro
  • 21 Sonate a tre VI: III. Presto