Compte Search Menu

 

Disponibilité et classement

BLISSFUL
Hamid DRAKE & BINDU

  • Ref. UD8406
  • ROGUE ART, 2008. Enregistrement 2007.

Dans la droite lignée formelle et spirituelle de "Double Sunrise Over Neptune",[UP1961]-2007 quoique sur un mode plus intimiste, l'orientation musicale de "Blissful" prend en grande partie racines sur les continents africain et indien, et laisse de fait à penser que l'influence de William Parker (que l'on retrouve à la contrebasse, au guimbri, shenai et doson ngoni) fut déterminante au moment de l'enregistrement du disque de son ami et batteur de prédilection Hamid Drake. Pourtant cet album eu bel et bien un précédent notable, "Bindu" (2005) [UD8404], première expérience réussie de Drake en tant que leader, accompagné pour l'occasion essentiellement de quatre anches et d'une flutiste (Nicole Mitchell). Sur Blissful, produit par John McEntire, c'est un tout autre personnel qui est convoqué : outre Parker, deux guitaristes (Jeff Parker et Joe Morris, aussi au banjo), un autre bassiste (Josh Abrams, également au guimbri) et une chanteuse (Dee Alexander) allient leur talent respectif pour mettre en musique des poèmes indiens datant du XVIIIème siècle, écrits par Ramprasad. À partir d'un canevas percussif très élaboré, qui alterne batteries et instruments traditionnels (tabla, bata), des lignes droites et cycliques sont tissées les unes aux autres et constituent une solide armature polyrythmique autour de laquelle les instruments à cordes dialoguent ou communient. "Playful Dance at Soma" est à ce titre un morceau admirable : tandis que Drake mène la cadence en douceur du bout de ses baguettes, plaçant ici ou là quelques accélérations bien senties, les guitares de Joe Morris et Jeff Parker (séparées sur chaque canal) entrelacent leurs phrases microtonales, tandis que les pizzicatos et les interventions à l'archet de William Parker et les ostinatos de Josh Abrams (dissociés également au niveau spatial) entretiennent une pulsation commune proche de la transe. Absent sur ce morceau, le chant de Dee Alexander est comparable lui aussi à un instrument dont les impulsions et inflexions répondent en un corps à corps charnel aux autres musiciens, et semble par moments littéralement rebondir sur les diverses peaux de Drake ("Vision of Ma"). Souvent axé sur des syllabes aigües, volontairement marquées (cf. par exemple la liberté que la chanteuse s'octroie sur "There is Nothing Left But You", un hommage à Alice Coltrane en compagnie des seuls Drake et Parker), sa présence n'est pas sans créer un léger décalage et contribue à produire une musicalité à la fois fluide et heurtée, comme un trait d'union par-delà les continents géographiques tout autant que musicaux. [www.pinkushion.com]

Interprètes

Pistes

  • 1 My blissful mother
  • 2 Playful dance at soma
  • 3 Visions of Ma
  • 4 Supreme lady victorious in battle
  • 5 Only longing of my soul
  • 6 There is nothing left but you
  • 7 The beautiful names