Compte Search Menu

Nous sommes très heureux de vous accueillir à nouveau au PointCulture pour la reprise du service de prêt à partir du 19 mai 2020. Lire la suite

 

Disponibilité et classement

APPEARING NIGHTLY
Carla BLEY BIG BAND

  • Ref. UB5567
  • WATT, 2008. Enregistrement 2006.

Enregistrement public à Paris (New Morning) les 17 et 18 juillet 2006.

"Remarkable Big-band" qui assemble comme à l'habitude une base américaine et des fines lames du jazz européen parmi lesquels les incontournables saxophonistes Andy Sheppard (GB) et Wolfgang Puschnig (Autriche) présents depuis les années 80 dans la plupart des formations de la pianiste. Cette "Apparition nocturne" n'a rien de fantomatique et ce big-band solidement charpenté dégage une bonne chaleur. On ne s'étonnera pas que Carla Bley reste elle-même dans cette manière un peu distanciée de rendre hommage à la musique qu'elle aime en jouant avec des clichés intelligemment agencés. Cette fois, c'est bien le jazz qui est à l'honneur, celui que jouaient les grandes formations des années 30 à 50 entre le swing et le be-bop, de Lionel Hampton à Dizzy Gillespie, Charlie Parker... ou Ray Noble : trompettes incisives et saxophones aux dents de velours, trombones veloutés ou hurleurs, base rythmique fermement posée par Billy Drummond qui révèle ici, avec le temps, son potentiel de batteur de big-band. L'enregistrement en club sert bien cette musique joyeuse. Le public réagit chaleureusement aux interventions des solistes tour à tour gouailleurs (Gary Valente et sa sonorité éléphantesque !), charmeurs et subtils (Andy Sheppard), loquaces dans la pure tradition du jazz vintage (Wolfgang Puschnig). Carla Bley supervise le tout et assure au piano un pilotage discret dans la lignée des grands pianistes de l'histoire du jazz (Ellington, Monk...) : économie, juste poids de la note et... swing (son intro de Black Orchid) avec l'appui attentif de Steve Swallow. Alors, oui, ce big-band propose bien une musique remarquable sans être exceptionnelle. Carla Bley n'a sans-doute jamais cherché à créer le chef-d'oeuvre absolu mais à jalonner son parcours de musicienne curieuse et distanciée par quelques pierres significatives. C'est ainsi qu'elle est devenue un élément essentiel (mais un peu marginal) de l'histoire du jazz depuis les années 60. Le grand orchestre version 2006 n'atteint pas la perfection mais joue avec une verve et un enthousiasme communicatifs. [http://culturejazz2.free.fr]

Interprètes

Pistes

  • 1 Greasy gravy
  • 2 Awful coffee
  • 3 Appearing nightly at the black orchid *40on/20off *Second round*What would you like to hear ?*Last call
  • 4 Someone to watch
  • 5 I hadn't anyone till you