Compte Menu
 

ELOGE DE L'OMBRE
Junichiro TANIZAKI

Disponibilité et classement

Contenus et/ou évènements liés
  • Ref. HB7470
  • NAIVE, 2014.

l'Oreille des mots est une nouvelle collection de livres lus, qui se propose de faire découvrir ou redécouvrir des livres du monde entier. Sa particulier réside dans le fait de ne pas s'adresser systématiquement à un comédien, mais plutôt à des personnalités du monde culturel ou autre. Là où le lecteur aura une histoire particulière avec le texte lu, en quelques pages, il explique la place que ce texte à tenu ou tient encore dans son parcours, pourquoi et en quoi lire ce texte a du sens pour lui ou elle, aujourd'hui. C'est là une implication personnelle forte, qui confère à ces lectures, un ton nouveau. « Car un laque décoré à la poudre d'or n'est pas fait pour être embrassé d'un seul coup d'oeil dans un endroit illuminé, mais pour être deviné dans un lieu obscur, dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l'un ou l'autre détail, de telle sorte que, la majeure partie de son décor somptueux constamment caché dans l'ombre, il suscite des résonances inexprimables. » Éloge de l'ombre est un essai sur l'esthétique japonaise, par l'écrivain nippon Junichiro Tanizaki. Publié en 1933 au Japon, ce livre a été traduit en français par le japonologue René Sieffert. L'auteur défend une esthétique de la pénombre comme par réaction à l'esthétique occidentale où tout est éclairé, s'employant à comparer divers usages de la lumière et de l'éclairage (des lieux d'aisances, par exemple) chez les Japonais et les Occidentaux. De plus, fidèle à l'esthétique du « sabi », il revendique la patine des objets par opposition à la manie de la propreté occidentale. Il livre donc ici une réflexion sur la conception japonaise du beau

Écouter les extraits

Interprètes

Pistes

Disque 1

  • 1 "Un amateur d'architecture, qui, de nos jours, veut se faire construire une demeure..."
  • 2 "Nous en sommes maintenant à la mode des lampes électriques..."
  • 3 "Je sais bien que tout cela n'est plus qu'imagination de romancier..."
  • 4 "Le papier est, nous dit -on, une invention des Chinois..."
  • 5 "Il est à Kyôto un restaurant fameux qui s'appelle le Waranji-ya"
  • 6 "Je suis totalement profane en matière d'architecture..."
  • 7 "Maintenant, allez jusqu'à la pièce la plus reculée..."

Disque 2

  • 1 "Au kabuki, la splendeur des costumes..."
  • 2 "A l'opposé, le plateau du kabuki reste jusqu'au bout un univers de fiction.."
  • 3 "Mais pourquoi cette propension à rechercher le beau dans l'obscur..."
  • 4 "Si j'en crois ce que disait l'autre année Takébayashi Musôan..."