Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
 

Disponibilité et classement

IL ÉTAIT UNE FOIS... LE CINÉMA - UN FILM & SON ÉPOQUE
IL ÉTAIT UNE FOIS... LES TROIS JOURS DU CONDOR
Guillaume MOSCOVITZ

  • Ref. TD9435
  • Produit en 2012, France.

Sorti en 1975, "Les Trois jours du condor" de Sydney Pollack est un des premiers thrillers politiques produits par Hollywood. Sur fond de premier choc pétrolier et de scandale du Watergate qui a contraint quelques mois plus tôt le président Richard Nixon à la démission, le film met en scène la traque d'un modeste agent de la CIA par un puissant groupe de conspirateurs à l'intérieur même de la centrale de renseignement. Le film commence par une scène d'anthologie au cours de laquelle l'agent Condor, joué par Robert Redford, découvre que tous ses collègues de bureau ont été assassinés pendant l'heure du déjeuner. Condor devra dès lors déployer toute sa ruse d'homme seul pour échapper aux tueurs lancés à ses trousses, avant de finir par révéler toute l'affaire à la presse.

Le réalisateur Guillaume Moscovitz est parti aux États-Unis à la rencontre des principaux protagonistes du film. Depuis sa résidence californienne, Robert Redford raconte en détail l'aventure de ce film, ainsi que sa longue amitié avec Sydney Pollack (les deux hommes ont fait sept films ensemble), et son fort engagement politique dans les années 1970. Bernie Pollack, frère du cinéaste et créateur des costumes sur le film, ainsi que James Grady, l'auteur du roman à l'origine du film, David Rayfiel, le scénariste, et Owen Roizman, le directeur de la photographie, apportent des éclairages inédits sur la genèse du Condor et son tournage. Tandis que Jeff Stein, journaliste et lui-même ancien membre des services secrets, rappelle le climat délétère et paranoïaque qui régnait à l'époque aux USA ; Carl Bernstein, le journaliste vedette du Washington Post qui, avec son collègue Bob Woodward, déclencha toute l'affaire du Watergate, retrace son combat contre les dérives illégales des gouvernements et des services américains de l'époque. Il explique aussi en quoi ce film prémonitoire illustre la naissance du "quatrième pouvoir", que la presse et les médias vont acquérir dans les démocraties occidentales après l'affaire du Watergate. L'ensemble, très riche et passionnant, est complété par de nombreux documents d'archives où l'on voit Sydney Pollack en train de tourner "Les Trois jours du Condor" ou expliquer sa vision de l'Amérique, sa conception du cinéma ou encore sa manière de travailler avec les acteurs.

Intervenants