Compte Search Menu

 
Emprunt non disponible

DES CENDRES DANS LA TÊTE
Patrick SÉVERIN

  • Ref. TZ6010
  • Produit en 2011, Belgique.

« Le 13 avril 1994, en plein génocide, une mission paracommando belge s'enfonce dans la brousse rwandaise pour sauver une quinzaine d'enfants destinés à être adoptés en Belgique. Quatorze ans plus tard, je découvre que mon cousin Sylvain était l'un de ces enfants. Choqué d'être passé si longtemps à côté de son histoire, je décide de l'aider à redécouvrir son pays, ses racines, sa culture et d'enquêter pour lui afin de savoir s'il lui reste de la famille en vie en Afrique. Ce jeu de piste à travers le Rwanda va me conduire à me confronter à l'histoire dure, complexe et violente de cette société. Une histoire que je n'imaginais pas à ce point liée à celle de mon propre pays. » Patrick Severin

Pendant la Première Guerre mondiale, la Belgique, présente au Congo, se rend sur le territoire du Rwanda pour y combattre les Allemands. En 1922, elle reçoit un mandat spécial de la Société des Nations pour administrer ce qu'on appelle alors le Ruanda-Udundi. Quelques années plus tard, les Belges créent la carte d'identité ethnique qui divise définitivement les Rwandais en Hutus, Tutsis et Twas. S'appuyant sur une analyse raciale, ils vont bouleverser les structures socio-professionnelles du pays, et installer un système discriminatoire favorisant les Tutsis.

En 1959, sentant souffler le vent de l'indépendance, le pouvoir colonial change son fusil d'épaule et, au nom de la démocratie, appuie le renversement de la monarchie tutsi par des leaders Hutus. Victimes de nombreuses exactions dans les années qui suivent, les Tutsis s'exilent alors par centaines de milliers.

En 1990, ces exilés, réunis sous la bannière du Front Patriotique Rwandais (FPR), décident de revenir au Rwanda par la force. Après quatre ans de guerre, le 6 avril 1994, l'avion de Juvénal Habyarimana, le président hutu du Rwanda, est abattu au-dessus de Kigali. Pendant les 100 jours qui suivront, l'armée gouvernementale et les milices exécuteront les civils tutsis à la chaîne.

Parmi les intervenants qui apportent des éclairages historiques : le colonel Luc Marchal (armée belge, commandant du secteur Kigali en 1994), Filip Reyntjens (constitutionnaliste et politologue), Fracnk Rusagara (brigadier général, historien), Philippe Kanamugire (Président du Comité des Sages du Rwanda), Eric Ngarukiye (historien).