Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
 

Disponibilité et classement

NUIT NOIRE, 17 OCTOBRE 1961
Alain TASMA

  • Ref. VN0055
  • Produit en 2005, France.
  • Langue FR. Durée :108'.

Automne 1961. La guerre d'Algérie a maintenant franchi la Méditerranée. L'affrontement qui oppose désormais sur Paris l'organisation clandestine du FLN et la police fait de nombreux morts de part et d'autre. Le 5 octobre, le préfet de police Maurice Papon décrète la fermeture des débits de boisson dès 19 heures pour les FMA (Français Musulmans d'Algérie). Ceux-ci sont invités à ne pas sortir la nuit. Les interpellations sont autorisées, de jour comme de nuit. Afin de protester contre ce "couvre-feu" qu'il juge discriminatoire, le FLN organise une grande manifestation qu'il veut pacifique. Bien qu'interdite, elle se déroule dans la soirée du 17 octobre. La répression est sanglante... "Comme à leur époque "R.A.S.", "La bataille d'Alger" ou "Avoir 20 ans dans les Aurès", il aura fallu attendre longtemps pour qu'une fiction évoquant l'un des aspects de la guerre d'Algérie sorte sur les écrans de cinéma! Qu'Alain Tasma et Patrick Rotman, spécialistes de la question, soient loués pour leur travail de rétablissement de la vérité, et tant pis si l'image de la Ve République et de certains de ses serviteurs est sérieusement flétrie. Long métrage de fiction, et non documentaire ou docu-fiction, ce qui renforce considérablement sa dimension émotionnelle, "Nuit noire" parvient à éviter les écueils de la sensiblerie, le manichéisme et la simplification. Il n'y a pas les bons d'un côté et les méchants de l'autre. Alain Tasma multiplie les points de vue comme presque autant de comportements humains, et tous ses personnages, pourtant imaginaires en dehors d'un seul, Maurice Papon, donnent à l'ensemble une impression de vérité. Des plus célèbres (Clotilde Courau, Atmen Kelif, Serge Riaboukine) aux moins connus (Thierry Fortineau, les figurants du bidonville), les comédiens jouent justes." [www.monsieurcinema.com]

Making of.