Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
Playlist

Déconfinement cinématographique : panorama des programmations bruxelloises

Petit samedi 1
Le déconfinement du secteur culturel est aussi synonyme de réouverture des antres cinématographiques. Tour d’horizon non exhaustif des programmations concoctées par les exploitants de salles bruxelloises.

Sommaire

Palace

Bayard d’Or lors du 35ème Festival International du Film Francophone, Petit Samedi est sans doute l’une des sorties belges les plus en vue de ce déconfinement cinématographique. A ce titre, le film est logiquement programmé au Palace à partir de ce mercredi 9 juin.

Conçu par tâtonnements au sein du village natal de Paloma Sermon-Daï, sa réalisatrice, ce long métrage documentaire resserre finalement sa focale sur Damien, un quadragénaire toxicomane aux prises avec un quotidien contrasté. Sise non loin du cours régulier de la Meuse, la maison familiale devient le théâtre d’un processus de sevrage auquel Ysma, la mère de l’intéressé, prend une part active.

Ainsi, l’addiction de l’enfant devenu homme n’est montrée qu’à travers le prisme de cette figure maternelle, celui de la responsabilité qui incombe à un parent face au désarroi de sa progéniture. Un cocon relationnel duquel Paloma Sermon-Daï parvient à s’approcher au plus près, elle qui bénéficie d’un passe-droit… celui de sœur et fille des protagonistes. Cette proximité explique, au moins en partie, le degré de construction d’un objet dont le letterbox et la photographie ultra léchée finissent de provoquer, par moments, l’illusion d’un récit de fiction. Sans que cela n’enlève quoi que ce soit à la crédibilité de l’enjeu qui, bien réel, traverse de part en part ce Petit Samedi.

Pour approfondir, une interview de la cinéaste par PointCulture.


A voir aussi dans les murs du Palace :

Drunk du danois Thomas Vinterberg et The Human Voice, court métrage signé Pedro Almodovar auquel PointCulture a consacré une chronique.


Kinograph

Florence Hainaut et Myriam Leroy sont toutes deux journalistes et coréalisent une production belge qui, du fait de sa diffusion par la RTBF en l’absence de grands écrans, a déjà fait grand bruit. #SalePute, c’est le titre provocateur de ce documentaire, petit pavé dans la mare de la misogynie ordinaire trop souvent constatée sur les réseaux sociaux.

Encore que, cet état des lieux ne pouvait véritablement se faire que par le témoignage des premières concernées, lesquelles tendent encore à taire ce cyber-harcèlement, logiquement vécu comme une humiliation. C’est donc à libérer la parole que #SalePute semble voué, laissant entrevoir un pan hideux de la haine quotidiennement déversée en ligne, ainsi que la molle inadéquation des instances judiciaires à l’égard de ces pratiques relativement nouvelles : il va falloir s’adapter, réclament à juste titre les intervenantes du film.

C’est en présence de ses réalisatrices que le Kinograph diffusera #SalePute, le 10 juin prochain. La séance sera suivie d’une discussion avec le public.

Également programmé par le Kinograph :

9 juin – un « Double Bill Dupieux » avec Mandibules, la nouvelle expérimentation de Quentin Dupieux (alias Mr. Oizo), suivi d’une redécouverte du désormais culte, Rubber.

14 juin – avant-première bruxelloise de Welcome Alibaba, documentaire prometteur sur l’implantation du géant chinois du e-commerce à l’aéroport de Liège et réalisé par le web média Tout va bien.

16 juin – à nouveau sur les questions lié au genre, Petite fille de Sébastien Lifshitz, documentaire sur la transidentité dès le plus jeune âge. Suivi d’une discussion avec Transkids, association de soutien et sensibilisation à la problématique.


Cinéma Galeries

Cette année, le film de tous les records s’appelle Nomadland. Réalisé par Chloé Zhao et porté par l’actrice Frances McDormand, ce long métrage de fiction s’arroge plus de deux-cents récompenses, parmi lesquelles un Lion d’or à la Mostra de Venise, le Golden Globe et l’Oscar du meilleur film.

S’il est naturellement programmé par la plupart des exploitants, le cinéma Galeries en propose une diffusion, le 13 juin, en collaboration avec Cinéfemme, une ASBL constituée « de femmes de tous âges, de tous milieux, de tous horizons ».

Le film a fait l'objet d'une chronique signée PointCulture.

Le Galeries se charge également de prolonger la version online du Festival Millenium en assurant la projection, en séance unique, d’un pan de sa programmation documentaire.

Faisant écho à #SalePute, Divorcer ou mourir expose les violences conjugales en Turquie – lesquelles concernent une femme sur trois – et sera diffusé le 14 juin.

Dans une veine écologique, Wood, Game-changers Undercover infiltre la mafia mondiale du bois par le biais d’Alexander von Bismarck, chef du Environmental Investigation Agency à Washington D.C. Projection le 15 juin.

La programmation complète est disponible sur le site web du Cinéma Galeries.


Nova

Contrairement à la plupart des cinémas bruxellois, le Nova ne rouvrira ses portes qu’en date du 16 juin. Cette reprise sera marquée par la projection du nouveau film d’Amir Borenstein et Effi Weiss, baptisé Chance.

Réalisateurs du très encensé Sous la douche, le ciel, les deux comparses se font à nouveau les porte-voix des laissés pour compte à travers un docu-fiction qui touche à la problématique des demandeurs d’asile. Mettant en scène de jeunes soudanais dont l’objectif, bien réel, est d’atteindre le Royaume-Uni, le film reconstitue de façon saisissante les risques auxquels ils s’exposent depuis l’arrière du véhicule censé les mener vers un territoire moins inhospitalier... Sans découpage ni scénario, Chance laisse carte blanche à l’improvisation de manière à autoriser ses protagonistes à être pleinement maîtres de leurs mots et de leurs actes.

La projection du 16 juin se fera en présence des réalisateurs.

Chance 1

Chance (Effi Weiss & Amir Borenstein, 2020)

Flagey

Une autre sortie nationale d’envergure aura lieu, cette fois à Flagey : Le Dormeur éveillé par Boris Van der Avoort.

A travers son documentaire, le cinéaste s'interroge sur les causes de ses insomnies récurrentes. Le film se présente donc comme une enquête de nature à transformer son rapport au sommeil.

Un nombre limité de séances sont d’ores et déjà programmées : 11 juin – 16 juin – 17 juin – 18 juin – 19 juin – 26 juin.

La projection du 16 juin sera suivie d’un débat avec le réalisateur et le Dr. Vladimir Zelink, psychiatre et psychothérapeute.


Toujours à Flagey, on notera aussi la première belge de la nouvelle réalisation de Céline Sciamma, Petite Maman, diffusée le lundi 21 juin dans le cadre du Film Fest Gent On Tour 20/21.


A l'initiative de la Ministre des Médias et de la Culture, Bénédicte Linard, 15.000 places de cinéma à 1 € sont mises en jeu via www.jaicinema.be, du 29 juin au 31 août.


Simon Delwart

En lien