Compte Search Menu

Focus

Veille Genre - Novembre 2017

lgbtq
Une sélection mensuelle d'événements et d'actualités en relation avec le genre
  • radio

Geraldine SarratiaDans le genre, une émission de Radio Nova

Un dimanche sur deux, en une heure, Geraldine Sarratia, journaliste aux Inrocks, part à la rencontre d’une personnalité qu'elle interroge sur le rapport qu'il ou elle entretient avec son genre et son identité. Comment compose-t-il ou elle avec son genre ? Se trouve-t-elle féminine, virile ? Se sent-il à l'aise avec les codes de la masculinité?

  • festival

tous les genres sont dans la cultureTous les genres sont dans la culture

Genres Pluriels a le plaisir de vous annoncer la neuvième édition de son festival « Tous les genres sont dans la culture », qui aura lieu du 18 au 26 novembre 2017 à Bruxelles et en Wallonie. Genres Pluriels est une association œuvrant au soutien, à la visibilisation, à la valorisation, à l’amélioration des droits et à la lutte contre les discriminations qui s’exercent à l’encontre des personnes transgenres/aux genres fluides (personnes en transition, drag kings/drag queens, tra(ns)vesti.e.s,... Ce festival vise à sensibiliser un public le plus large possible à la pluralité des genres et aux transidentités, dans une ambiance conviviale et créative.


  • conférence

au delà du décolletéAu-delà du décolleté : l'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'université

Le 10 mars 2017, avec la conférence « Université libre de harcèlement ? », l’ULB entamait un processus de réflexion. Celui-ci a débouché sur un projet de lutte contre le sexisme et le harcèlement sexuel à l’université. Aujourd’hui, l'ULB propose une matinée de réflexion sur le sexisme et le harcèlement sexuel à l’université – intitulée « Au-delà du décolleté : L’ULB contre le sexisme et le harcèlement à l’Université ».

Celle-ci aura lieu le 23 novembre à partir de 9h00 en la salle UA2.118 (Université libre de Bruxelles – Campus du Solbosch – Avenue F. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles

  • conférence

horreur au fémininPouvoirs de l’horreur au féminin | Par Muriel Andrin

Imaginé, depuis ses origines, par des cinéastes masculins, le cinéma d’horreur joue depuis toujours sur des stéréotypes de genre, délimitant ce que chacun peut être, faire (ou ne pas faire) au sein des récits, des femmes victimes aux hommes protecteurs ou agresseurs.

 Mais depuis les années 2000, les personnages féminins se sont émancipés, et les réalisatrices ont investi en force ce cinéma foisonnant, bousculant les conventions et proposant une nouvelle répartition du monde.

  • Séance 1 : Des screaming queens aux guerrières sanguinaires (28/11)
  • Séance 2 : Regards de réalisatrices (05/12)

28/11 > 05/12 le mardi de 17h30 à 19h00 au PointCulture ULB Ixelles


  • festival

the future is feministThe future is feminist

21 janvier 2017. Lors de cette journée historique, une foule de personnes ont envahi les villes pour participer à la Women’s March. Sous l’étendard du féminisme, une forte opposition vit soudainement le jour regroupant de nombreuses tendances et des minorités. Cette marche est devenue un défilé pour une lutte féministe largement soutenue. Les thèmes en disent long : immigration, avortement, racisme, environnement, inégalité, port du voile, patriarcat...

Ce programme tente de donner des points de référence dans ce tourbillon d’interprétations et d’opinions au sein du féminisme. Il se penche sur la notion d’ « intersectionnalité » qui est une thématique très vaste. Il parle du corps de la femme, de l’objectivation de ce corps, de la représentation de la femme dans les médias, de la complexité et du plaisir. Il évoque le concept homme - femme et donne de la marge au féminisme post-binaire et queer. Du 29 septembre au 22 décembre, au Beursschouwburg.
  • éducation

pop modèlesPop Modèles : sept vidéos pour comprendre ce que la culture populaire médiatique fait aux femmes

Quelles sont les représentations du genre féminin dans la culture médiatique populaire ? Si le sujet est vaste et a déjà fait couler beaucoup d’encre, les préoccupations qu’il suscite vont crescendo et contribuent à alimenter un débat de société fondamental. Les images et les fonctions des personnages féminins dans les fictions et l’espace médiatique témoignent des évolutions, des résistances et de la perpétuation des inégalités entre les genres. Elles permettent également d’observer l’interaction entre les médias et les enjeux sociaux et offrent de nombreuses perspectives critiques qui traduisent chacune une dimension des inégalités et des rapports de domination. Evidemment infiniment multiples, les femmes sont souvent réduites à quelques modèles aux fonctions subalternes qu’il convient de décrypter pour identifier les dimensions de la culture sociale qui nécessitent de changer.

En lien