Compte Search Menu

Focus

Playlist et discographie : « Country Music » – Ken Burns (2019). Épisode 4 - I can’t stop loving you (1953-1963)

Patsy Cline
Deux superstars des années 1950 : Johnny Cash et Patsy Cline – Composé de neuf épisodes réalisés par Ken Burns, le documentaire Country Music retrace les origines et l’évolution de ce style de musique américain. Il décrit la grande histoire du genre mais aussi les moments intimes des divers artistes qui ont été essentiels pour l’évolution du style, mélangeant documents d’époque, extraits musicaux et nombreuses interviews. Retour sur les différents épisodes et conseils d’écoute, en neuf parties.

Sommaire

Le déferlement du rock’n’roll

Dans les années 1950, le monde musical connaît une déflagration : le rock’n’roll déferle sur les ondes, mélangeant influences noires et blanches, soul, blues et country. Quelques musiciens, hommes et femmes, entrent dans la légende country. Ce quatrième épisode relate les débuts de leurs carrières respectives.

Johnny Cash est né en 1932 en Arkansas pendant la Grande dépression. Il n’y avait pas d’électricité dans sa maison, mais la famille se réunissait autour d’une radio à piles pour écouter les musiques country, blues et gospel. Pendant son stationnement en Allemagne comme militaire, il apprend à jouer de la guitare et commence à composer des chansons. En 1954, une fois revenu aux États-Unis, il s’installe à Memphis avec sa jeune épouse Vivian, originaire de San Antonio au Texas. Il y rencontre Marshall Grant et Luther Perkins, deux guitaristes débutants, avec qui il forme un groupe.

Pendant l’été 1954, une chanson est particulièrement populaire sur les ondes : « That’s All Right (Mama) ». À l’origine un morceau de blues interprété par Arthur Crudup, il est ici chanté d’une manière tout à fait nouvelle par le jeune Elvis Presley qui l’a enregistré dans les studios Sun de Sam Phillips à Memphis.

« Ce n’est ni blanc ni noir, ni de la pop ni de la country. » — Sam Phillips, dans « Country Music »

Les premiers enregistrements de Johnny Cash

Peu après, Johnny Cash passe une audition dans les mêmes studios, mais Sam Phillips ne veut pas enregistrer la chanson gospel que Cash lui présentait. Cash écrit alors une simple mélodie, « Hey Porter », racontant un voyage en train. Il est accompagné de Luther Perkins à la guitare électrique et de Marshall Grant qui apprenait la contrebasse. Ils se baptisent Johnny Cash and the Tennessee Two.

« Il a une voix singulière. C’étaient les punks de l’époque. Quand vous regardez bien, c’est tellement… la contrebasse est percutante, et Luther Perkins joue les quatre notes qui… On dirait qu’il n’en connaît que quatre. Pour moi, c’était du punk-rock. Et c’est un compliment. Ils débordent d’énergie. » — Elvis Costello, dans « Country Music »

Johnny Cash et Elvis Presley commencent à avoir du succès avec cette nouvelle musique nommée « rockabilly ». Ils partent en tournée ensemble dans le sud et sud-ouest, faisant la première partie de stars de la country plus connues. Ils deviennent amis. En 1956, Cash fait sa première apparition au Grand Ole Opry et compose un morceau qui deviendra un grand hit, « Walk the Line », écrit pour rassurer sa femme Vivian, lui promettant qu’il restera fidèle, même en tournée.

Patsy Cline, une superstar en devenir

En 1959, une autre future légende de la country, Patsy Cline, déménage à Nashville. Née en 1932 en Virginie, elle commence dès l’adolescence à chanter dans les bars et restaurants pour soutenir sa mère et ses frères et sœurs. Sa voix impressionne ses auditeurs et très vite, elle signe un contrat avec le label Four Star, mais celui-ci l’oblige à chanter des morceaux médiocres.

« Walkin’ After Midnight » devient malgré tout un hit, grâce à la production d’Owen Bradley, qui reconnaît son talent. Elle rejoint alors l’émission du Grand Ole Opry.

La même année, Johnny Cash, qui avait déménagé en Californie du Sud mais qui passait l’essentiel de son temps en tournée, enregistre « Folsom Prison Blues ». Il n’avait jamais été en prison mais avait des affinités avec les détenus et, au nouvel an 1959, il donne un concert à la prison de San Quentin. Dans le public, il y avait un certain Merle Haggard, qui se promet alors de suivre la voie du chanteur qu’il admire.

« I Fall to Pieces »

Après quatre ans, en 1961, Patsy Cline est enfin libérée de son contrat avec Four Star. Elle n’avait plus eu aucun succès et sa famille s’en sortait à peine. Elle signe alors avec Decca et c’est à nouveau Owen Bradley qui lui cherche une chanson qui la lancerait sur les marchés de la country et de la pop. « I Fall to Pieces » prend rapidement la première place au hit-parade. Peu après, elle devient amie avec une nouvelle venue sur la scène de Nashville, Loretta Lynn. Originaire du Kentucky, elle gagne un concours de talent et reçoit de l’argent pour enregistrer un premier single, « I’m a Honky Tonk Girl ».

« Elle avait la rage. Elle cherchait une échappatoire à sa vie. Elle chantait pour s’évader. » — Merle Haggard, dans « Country Music »

À Nashville, Patsy Cline enregistre un nouvel album, et notamment une chanson écrite par le jeune Willie Nelson, « Crazy », qui deviendra un succès phénoménal.

« Quand je l’entends chanter, j’ai l’impression qu’elle est dans la pièce avec moi. Et on ressent les émotions à chaque mot. Quand la chanson parfaite rencontre la voix parfaite, alors elle devient éternelle. » — Trisha Yearwood, dans « Country Music »

« Ring of Fire »

Au début des années 1960, Johnny Cash était constamment en tournée, loin de sa femme et de ses quatre filles. Les tensions avec Vivian grandissaient. Ils se disputaient sans cesse, et la proximité de June Carter en tournée n’arrangeait rien à la jalousie de Vivian. À la fin de l’année 1962, la relation entre Johnny et June était devenue sérieuse mais ils étaient tous les deux mariés à quelqu’un d’autre et ils avaient tous deux des enfants. June écrit une nouvelle chanson pour exprimer ses sentiments, sa sœur Anita l’enregistre mais cette version n’est pas un succès.

En mars 1963, Cash l’enregistre à son tour mais il veut un son nouveau, inspiré des mariachis mexicains. Il se tourne vers Cowboy Jack Clement, qui écrit une partition pour les trompettes. Sa version restera sept semaines en première position des hit-parades country.

Et puis c’est la catastrophe, Patsy Cline meurt en 1963 dans un crash d’avion, laissant la famille de la musique country en état de choc. Ce triste événement clôture ce quatrième épisode de la série.


Texte : Anne-Sophie De Sutter

Image : Patsy Cline (extrait d’une pochette de disque)

Classé dans

En lien