Compte Search Menu

Focus

Les Crocodiles sont toujours là - une BD du Projet Crocodiles

Les crocodiles sont toujours là - Juliette Boutant et Thomas Mathieu
Une femme, dessinée en noir et blanc, seule, au regard quelque peu dépité et angoissé, est entourée d’une masse verte qui la noie et la domine, une masse de crocodiles sûrs d’eux, riant, téléphonant, faisant la fête... La couverture de la seconde bande-dessinée de Juliette Boutant et Thomas Mathieu en dit long. Le sous-titre de la page de garde encore plus : « Témoignages d’agressions et de harcèlement sexistes et sexuels ».

Ce recueil est la prolongation d’un projet que Thomas Mathieu a conçu en juillet 2013, celui de transposer en bande-dessinée des témoignages liés au harcèlement de rue. Il crée alors un tumblr, en collaboration avec la dessinatrice Juliette Boutant. L’idée lui est venue après le visionnage du film de Sofie Peeters, Femme de la rue (2012). Quand on lui demande pourquoi des crocodiles, il répond :

« La lecture des témoignages nous donne une image effrayante des hommes. Il fallait donc un prédateur qui fasse froid dans le dos, loin du loup séducteur et du lion royal.Un reptile à sang froid et visqueux était l'image parfaite pour rendre le ressenti des témoignages. » — Thomas Mathieu

Une première BD sort en 2014, simplement nommée Les Crocodiles. Depuis, beaucoup de choses se sont passées : le scandale de l’affaire Weinstein et le mouvement #metoo qui ont apporté une plus grande visibilité au problème. En septembre 2019 sort un second livre, chez Casterman : Les Crocodiles sont toujours là. Parce que même si on a beaucoup parlé de la question, notre société reste toujours sexiste. Le harcèlement est malheureusement toujours bien présent dans la vie quotidienne des femmes et des problématiques insoupçonnées au départ ont été mises en avant depuis, comme celles des violences médicales dont celles-ci sont victimes.

Les auteurs relatent de nouvelles histoires qu’ils ont classées selon différents thèmes : les premières pages sont centrées sur l’espace public, la rue, les transports en commun, l’école. Viennent ensuite des planches consacrées à la police qui, bien souvent, au lieu de porter secours aux victimes, les met mal à l’aise en rajoutant une couche ou en commençant elle-même à agresser la victime. La BD s’intéresse également au milieu professionnel et à la sphère intime où les rapports de domination sont toujours bien présents. Enfin, elle parle des violences médicales, gynécologiques en particulier, un thème dont les femmes osent de plus en plus parler ces dernières années (Mona Chollet y consacre un chapitre entier dans Sorcières : la puissance invaincue des femmes).

Les crocodiles sont toujours là - Juliette Boutant et Thomas Mathieu

Toutes les histoires racontées dans le livre ont été vécues par des femmes. Certaines pourraient sembler amusantes – elles semblent tellement courantes que plus personne ne s’y attarde – d’autres sont tout simplement terribles par leur violence. Elles sont difficiles à lire et à appréhender ; elles choquent par leur caractère extrême et pourtant elles ont bien eu lieu. Le propos est amplifié par le dessin, crayonné, en noir et blanc, mais marqué par ces taches vertes, celles des têtes des hommes en forme de crocodiles qui ont des expressions tantôt charmeuses tantôt malveillantes et agressives, par ces aplats de couleurs qui deviennent menaçants quand ils envahissent certaines pages. Dans la dernière partie, celles des violences gynécologiques et obstétricales, certaines femmes sont coloriées en vert également, car elles aussi prennent part à des mécaniques sexistes véhiculées par l’entièreté du corps médical.

En lisant ces bandes-dessinées, on pourrait se sentir déprimé devant l’ampleur du problème mais en parler est une manière de faire évoluer les choses. Les lectrices s’y reconnaîtront sans doute et trouveront peut-être un certain réconfort mais aussi des moyens de répliquer, de se défendre, de retourner la situation en leur faveur. Tous les hommes ne sont pas des crocodiles, mais cette lecture leur ouvrira peut-être les yeux sur ce que subissent beaucoup de femmes et enclenchera un questionnement sur leurs propres comportements ou sur une manière de mieux appréhender la question. C’est en tous cas le but des auteurs.

« Nous demandons aux lecteurs.ices de s'identifier aux femmes victimes qui témoignent à la première personne et d’être empathiques. Comprendre le problème est une première étape pour ensuite changer des comportements. » — Thomas Mathieu


Juliette Boutant sera présente le samedi 16 novembre entre 16h et 17 au bar du PointCulture Bruxelles pour une séance de dédicace et un moment de rencontre, dans le cadre de la journée Féministe toi-même 2019

Texte : Anne-Sophie De Sutter

Citations : Thomas Mathieu sur le faq de Projet Crocodiles

Image : © Juliette Boutant et Thomas Mathieu, et Casterman

Classé dans

En lien