Compte Menu

Rencontre avec Magda, organisatrice du salon 100% veggie

Utopies, antispécisme, éthique animale, Nature/Culture, véganes à Charleroi, véganisme, 100%veggie

publié le par Catherine De Poortere

100%veggie
Parce que les véganes sont loin d'être seuls à souhaiter vivre et consommer autrement.

Une semaine avant la seconde édition de 100% veggie à Charleroi, Pointculture  consacrera une journée entière au véganisme, le samedi 13 mai. A cette occasion, nous republions les entretiens que nous avions réalisés l'année passée avec quelques  militants de la cause animale. Ils nous apportent leur éclairage sur un mouvement politique et un mode de vie encore mal connu.

Rencontre avec Magda, organisatrice du salon

En pratique, à quoi ressemblera le salon 100% veggie ?

Notre motivation est de favoriser la rencontre avec des personnes engagées. Contrairement à ce qu’on entend çà et là, le véganisme n'a rien à voir avec une nouvelle mode alimentaire. C’est, bien plus profondément, un mouvement social et, à son meilleur, une utopie politique basée sur le refus de toute forme d’exploitation. Les animaux sont mis en avant comme étant les premiers concernés par l’utilisation massive dont ils sont victimes, mais la cohérence d’une telle éthique l’inscrit dans le souci de tout être sensible, et de ses conditions de vie, donc aussi de l’environnement.

Comment le concept du véganisme peut-il se déployer en salon ?

On compte sur la présence de quelques associations locales : Bite back Charleroi, les Carolovégiens, Sea Shepherd Belgium, Animaveg et encore quelques autres. Le travail de ces associations se déploie sur différents plans : manifestations, happenings, ateliers culinaires, conférences, campagnes de sensibilisation, etc. A côté des militants, le salon accueillera aussi quelques représentants d’un commerce végane en pleine expansion mais encore très minoritaire. Seront présentes les épiceries Végasme de Bruxelles et Goveg de Liège. On regrettera par contre l’absence de La Grainerie et de Veg ‘Anne Shop, tous deux de Bruxelles. Quelques marques en profiteront pour faire connaître leurs produits : vêtements, cosmétiques, produits d’entretien… De quoi découvrir un bel échantillonnage de produits alternatifs, naturels et sans composants animaux. Enfin, afin de passer un moment agréable et parce qu’il n’est pas dit qu’on doive se priver en mangeant végétalien, il y aura de quoi remplir les estomacs les plus exigeants : du salé, du sucré et même des glaces !

Comment t’est venue l’idée de programmer un tel salon ?

Dans un premier temps, je voulais m’investir dans un groupe et militer activement. Mais ce n’est pas évident de concilier vie de famille et activisme.

Comme le dit si bien Pierre Rabhi, j’ai voulu faire ma part du colibri.

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Peux-tu nous dire quelques mots de ton parcours personnel vers le véganisme ?

Les raisons qui m'ont poussée à devenir végane sont liées à la condition animale et à son exploitation. Les premiers changements ont été dans ma façon de manger et progressivement le reste a suivi : les produits d'hygiène, les vêtements...

Ces dernières années, j’ai  été confrontée à beaucoup d’images sur les dérives de l’élevage intensif  (maltraitances, impact environnemental). Suite à cela, le véganisme s’est imposé comme le mode de consommation le plus proche de mes convictions.

À quel public s’adresse 100% veggie ?

C’est pour tout le monde ! Les personnes sensibilisées y verront l'occasion de faire des rencontres. Chose précieuse : en tant que minorité, on se sent parfois un peu seul…

Mais le but avoué est d’attirer les curieux, les familles, les sceptiques…  Le véganisme gagne vraiment à être mieux connu. Il apporte des éléments de réponse à un nombre considérable de problématiques actuelles : raréfaction des ressources, pollution de l’air et des terres, inégalités sociales, santé et condition animale. Le salon se donne la double tâche de fournir des informations sur ces enjeux et de présenter des alternatives à la portée de chacun, à un niveau local.

Entretien réalisé par Catherine De Poortere


Fini, l'âge "bête" ! : journée végane à Charleroi le 13 mai 2017

100% veggie : salon végane à Charleroi le 21 mai 2017


Classé dans