Compte Search Menu

Focus

La 100 PAP : une bière pour du logement

bière 100 PAP - 4 bouteilles

interview, Belgique, Bruxelles, solidarité, bénévolat, citoyenneté, bière, asbl, Migrer, sans-papiersPlus

publié le par Yannick Hustache

Alors que le phénomène "Craft beers" a pris ces dernières années, des dimensions de taille mondiale, des associations ont dans le même temps, fait le choix de proposer des bières produites par des acteurs locaux, comme moyen et support d’action, de soutien, voire de conscientisation dans les sphères militantes et/ou citoyennes.

Sommaire

Apparue depuis bientôt deux ans dans des lieux culturels, événementiels bruxellois, mais aussi dans des espaces davantage liés à la détente comme les guinguettes qui ont refleuri dans les parcs et îlots verts de la capitale, la 100 PAP (pour SANS PAPiers) est une bière originale et un carburant dans le moteur d’un combat citoyen.

Le projet

« La 100 PAP est née au sein d’un groupe de bénévoles présent au Parc Maximilien en 2015 qui s’est retrouvé lors de Nuit debout. De ces rencontres a émergé l’ASBL Bruxelles Initiative, qui se veut un incubateur de projets portés par des bénévoles enthousiastes. L’idée d’une bière solidaire, la 100PAP, est le premier de ces projets, né en 2017, dans l’une de ces réunions de bénévoles. L’ASBL regroupe à l’heure actuelle dix personnes, divisées en groupes de travail qui s’occupe chacun d’un maillon de la filière – par exemple de la livraison, du magasin, des finances, ou encore de la communication » résume Juliette S, responsable bénévole de l’association chargée de communication.

La 100PAP c'est une bière solidaire avec les occupations de personnes sans-papiers. L’objectif du projet 100PAP est de stabiliser les occupations des sans-papiers en les soutenant financièrement. Les bénéfices de la bière sont reversés aux occupations et permettent de payer des charges, des loyers, des assurances, des garanties locatives ou d’éventuels travaux de rénovation.

« On s’occupe de trois occupations à Bruxelles. Une à Saint-Josse qui compte près de 100 personnes d’origine subsaharienne. Une autre à Molenbeek-Saint-Jean qui regroupe entre 100 et 150 personnes originaires d’Afrique noire. Et enfin une plus réduite à Schaerbeek qui héberge 13 Afghans. Mais on développe actuellement un partenariat sur Liège. ».

Un combat presque quotidien qui exige sens de l’organisation, ténacité et une dose d’habilité dans la négociation. « Comment aider, stabiliser le logement, le rendre matériellement et temporellement moins précaire ». Or, certaines occupations concernent des propriétaires publics (souvent les communes) d’autres relèvent du domaine privé. « Il faut gérer les tensions voire parfois les altercations » (lors de l’occupation du bâtiment Martini). Le but (le mieux) étant d’arriver à signer une convention d’occupation précaire qui prend en charge le paiement des charges et de l’assurance.

bière 100 PAP à table

L’action de l’ASBL, vu le caractère non pérenne des occupations, est d’atténuer le poids des problèmes liés au logement, et d’offrir une certaine stabilité plus à même d’aider les sans-papiers dans leurs combats politiques et juridiques. Un pas vers une sortie du cercle vicieux /pas de papiers/pas de permis de travail/pas de logement, etc. « On est dans un processus de réflexion constant sur le(s) façon(s) de les aider alors qu’on n’est pas des gens de terrain ou des professionnels mais des bénévoles avec des hauts et des bas dans leurs motivations. » reconnait humblement Juliette S.

« On est dans un processus de réflexion constant sur les façons de les aider alors qu’on n’est pas des gens de terrains ou des professionnels mais des bénévoles avec des hauts et des bas dans leurs motivations. » — Juliette S., chargée de communication de la 100 PAP

Plus concrètement, « les contacts avec les sans-papiers se font essentiellement via leurs représentants. On se réunit avec les collectifs une fois par trimestre. On leur montre le budget, où va l’argent et ce qu’on envisage de faire dans un proche avenir. On s’est lancé dans une filière travaux depuis un an. Pour Saint-Josse. On a pris contact avec un entrepreneur solidaire qui s’est chargé des travaux de douche. On est toujours en plein debriefing de cette expérience. Et puis humblement certains dans les occupations sont tellement dans une lutte quotidienne pour la survie qu’ils n’ont pas toujours connaissance de notre projet".

Encore très discrète à ce jour, l’initiative 100 PAP n’a jusqu’ici pas eu à faire face à des réactions sensibles du côté des pouvoirs politiques (deux bourgmestres Écolo les suivent sur les réseaux sociaux). L’ASBL a réussi à décrocher un subside à une occasion, mais l’introduction de ce type de dossier demande une énergie et un temps qui leur fait régulièrement défaut. Et de fait, « les seuls retours négatifs vis-à-vis de notre action l’ont été sur les réseaux sociaux après un reportage du JT de la RTBF, mais rien de significatif » rassure Juliette.

Enfin, 100 PAP va connaitre dans les prochains jours un début d’internationalisation via la présentation de la bière à Paris pour la création d’une structure autonome (les occupations en tant que telles n’existent pas à Paris).

29472548_335959923591929_896259266929754112_n (002).jpg

La 100 PAP

La distribution et l’accueil de la bière ont été facilitée par une bonne réponse du côté du monde associatif, par le bouche à oreille, l'organisation d'événements mais aussi parce qu’un vrai travail de démarchage a lieu par l’ASBL. Les livraisons aux professionnels se font une fois par semaine mais les particuliers peuvent la retirer à La Serre - où l’ASBL tient son Q.G. (171, Rue Gray à 1050 Ixelles) - et dans quelques points de vente de la capitale repérables en deux clics sur leurs pages électroniques. L’ASBL espère être en mesure de la proposer au fut dans les mois qui viennent.

Fiche technique de dégustation

Aspect : Blonde dorée. Mousse assez fine

Nez : On respire le malt et les épices.

Goût : on boit ce que l’on sent. La bière s’équilibre entre un fond malté et de doux reliefs fruités (agrumes) et épicés, piqués de quelques pointes d’amertume (trop ?) discrètes. Cette bière de style belge est un peu sèche et très classique dans son approche, mais bien finie !

En + : l’étiquette de cette bière de 6%, est la reproduction d’un visuel de carte d’identité belge, ceci dans une démarche active de sensibilisation d’un public large à la cause des sans-papiers.

Initialement produite chez J’irai brasser chez vous, elle est désormais confiée au bon soins de la brasserie 3F, créée en 2014 à Frameries, non loin de Mons, par trois jeunes associés, dont deux au moins pouvaient se targuer d’une solide ascendance historique dans le riche passé brassicole du Nord-Pas-De Calais voisin. Pour la 100PAP, la jeune brasserie a volontiers accepté de resserrer ses coûts aussi bas que possible, et étudie la possibilité de passer prochainement à une bouteille consignée.

Yannick Hustache

Classé dans