Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
Focus

Disco Elysium : du roman noir sous forme de jeu vidéo comme moteur d’éveil politique

Disco Elysium 1
Fin 2019, Za/Um, un studio de jeux vidéo estonien, édite ce qui allait devenir une surprenante pépite en la matière : Disco Elysium. Un tour de force pour ce studio sans la moindre expérience en matière de conception de jeux vidéo. Ce jeu de rôle narratif extraordinairement bien écrit et dense rafle à l’époque de nombreux prix prestigieux au nez et à la barbe de l’industrie lourde du jeu vidéo. En mars 2021, le jeu ressort avec un contenu politique augmenté et le doublage de chacune des lignes de dialogue. Un travail titanesque - un million de mots rédigés – rendu financièrement possible par le succès populaire du jeu. Mars 2021 sonne le tocsin de la commémoration des 150 ans de la Commune de Paris. Disco Elysium en réarticule l’héritage dans un format unique pour un nouveau public.

Sommaire

Au centre d’un rond point trône une statue équestre ravagée par une explosion. Autour d’elle, les camions s’égarent dans leur immobilisme. C’est la grève ! Personne ne porte de gilets jaunes mais des dockers décidés bloquent l’accès au port industriel qui en temps normal, irrigue la ville et les territoires de ces flux de marchandise et de valeur. Derrière le cheval, on devine un hôtel ; derrière l’hôtel, un pendu ; dans l’hôtel, un enquêteur gavé d’alcool et de stupéfiants s’éveille.

Bienvenu à Martinaise, un quartier de l’ancienne capitale du monde civilisée piétinée quelques décennies auparavant par les bombardements des forces centristes du progrès viscéralement décidés à mater dans le sang l’insurrection populaire de la Commune de Revachol.

Disco Elysium se voulait révolutionnaire et il le fut. Il y a d’abord l’évidence d’une direction artistique et d’un récit hors du commun dans un jeu vidéo basé exclusivement sur du texte et la mise en jeu aussi drôle que fine des vies intérieures de l’enquêteur. Un anti-héros marqué par les stigmates de l’alcool, du désespoir et des années qui noient sa vivacité. Au delà de cette réussite largement saluée par la critique et les joueurs, il y a aussi cette réarticulation surprenante d’un héritage politique qui a pour matrice l’imaginaire de la Commune de Paris et d’autres révoltes populaires, pour approcher une analyse politique des temps présents marqués par le retournement d’utopies dans les communismes d’état, l’alliance des organisations supra-étatiques type Commission Européenne avec les empires financiers ou encore une certaine vision du syndicalisme magouilleur. Le voile du récit se lève au lendemain d’une cuite monumentale qui a eu raison de la mémoire du personnage principal. À son image, la ville se révèle amnésique.

Vous : Qui étaient-ils ? / Esprit de corps : Des camarades. De pauvres âmes abandonnées à leur sort qui se sont soulevées contre les horreurs du monde. — Discussion entre Harry et Esprit de corps, l’une de ses voix intérieures

Sur la piste politique liée à la Commune de Paris, c’est au cœur de la ville de Revachol et de l’intrigue principale que se disséminent avec le plus d’acuité la réappropriation d’un imaginaire perdu de l’utopie sociale. Ce rêve maudit de Ravachol – anarchiste français contemporain de la Commune, une référence assumée des auteurs – porte les stigmates d’un idéal qui n’en peut plus d’agoniser.

Mémoire diffuse et silhouettes spectrales

Disco Elysium 2 - Le mur des fusillés

Disco Elysium - Le mur des fusillés

La mémoire noyée des événements surgit au détour de murs troués et d’autres caches aux allures de trous à rats. Des traces de la lutte Communarde avec ses armes mais aussi ses manuels de la pensée matérialiste et ses symboles révolutionnaires qui résonnent encore dans le présent du jeu. Cette mémoire morose et chancelante se manifeste tout particulièrement quand Harry Du Bois, l’enquêteur, et Kim Kitsuragi, son acolyte, méditent devant un mur troué qui déploie les blessures profondes que l’histoire officielle a préféré camoufler. La guerre des chiffres et des faits plonge les acteurs des temps présents dans la confusion. En substance, ce mur et ses interprétations embrumées nous racontent un temps violent autant que la confusion qui règne quant à cette histoire. À l’image de l’injonction à reconnaître le caractère sanguinaire de la Commune de Paris malgré l’imparable balance mortifère largement à son désavantage, la discussion entre Kim et Harry laisse planer le flou dans un partage des responsabilités quant au devenir de la Semaine Sanglante. La mémoire est instable tant cette histoire bouscule l’idée de mesure dans la répression d’insurrections par un pouvoir présenté comme légitime. Il faut aux puissants un ennemi présenté comme sauvage et destructeur pour justifier ses massacres ; il lui faut entretenir le flou pour que la nature réelle du sang coulé ne cède le pas à l’indignation, moteur insurrectionnel. Comme l’énonce Kim (voir visuel), le mur à trous est le témoignage d’une barbarie dont plus personne ne sait qui fut le responsable. Ainsi s’incarne dans le jeu la mémoire mort-vivante de la face cannibale du pouvoir en place.

Bientôt ils oublieront tout

Disco Elysium 3 - Rene Arnoux, Gaston Martin, Iosef Dros

Disco Elysium - de gauche à droite : René Arnoux, Gaston Martin et Iosef Dros

La mémoire orale traverse l’espace du jeu grâce à trois personnages que beaucoup de choses opposent sinon l’âge et le vécu de la Commune. Il y a d’abord ce duo d’amateurs de pétanque qui joue dans un trou d’obus. Amoureux d’une même femme, d’une même ville qui, tout deux, s’éteignent et camouflent leurs flammes passées et hostiles sous le poids de rides qui les emportent. L’un, René Arnoux, est royaliste, défenseur de la monarchie et de l’ordre ancien. Il vomit les communards – terme utilisé dans le jeu – qui sont selon lui à l’origine de la destruction de la ville et du régime qui lui précédait, la Royauté. René incarne les thèses versaillaises d’un peuple pauvre, inculte et stupide à l’origine de la destruction de la capitale française. Gaston Martin, lui dépose la haine au loin et, dans une posture d’éternel guetteur d’entre-deux, refuse l’engagement. Un social démocrate réservé qui préfère voir dans son histoire d’amour passée les relents nostalgiques d’une vie en quête de tendresse. Deux historiens de la déambulation qui par l’apparition d’une photo désuète remonte le fil d’un passé à la fois proche et lointain. La Commune de Revachol à 40 ans, pas 150, des témoins peuvent encore la dire, l’articuler. Le souvenir se fait histoire.

Le troisième témoin, Iosef Dros, est la clef de voûte du récit et l’instant où la portée des éléments posés tout au long du jeu se révèlent. Ce survivant communard clôture la trinité entamée par René et Gaston et incarne les entrailles de la ville, son refoulé. À sa rencontre, il nous raconte y connaître ses moindres recoins. Il est la mémoire d’une ville qui se rêvait révolutionnaire, un phare dans le progrès social et la démocratie réelle. Un phare parmi d’autres luttes dont les chants révolutionnaires résonnent dans les entrailles de cet homme qui, horrifié et aigri par la mort de l’utopie et le carnage de l’écrasement des insurgés, en a assassiné une émanation en la personne du mercenaire-colon. Les conteurs s’éteignent mais par l’enquête, la parole circule. L’homme peut s’en aller et si le coup de force qu’il impose par l’assassinat du briseur de grève est dur, la lutte pour la vie et celle d’un idéal peut reprendre.

L’aire de repos

Disco Elysium ne commémore pas. Il rappelle, il raconte, il met en regard l’histoire de cette ville fictive avec les 150 ans qui se sont écoulés entre la brève utopie de la Commune de Paris et l’attrait infini des supermarchés néons. C’est la mémoire de cet espace autant que celle de notre histoire que le joueur est appelé à se réapproprier. La mémoire des luttes est ici au cœur de l’exploration des joueurs et impose un positionnement. Au delà de la question du souvenir et d’une certaine idée de la commémoration par la réarticulation d’un héritage, Disco Elysium est l’histoire d’une grève et d’un rapport de force favorable aux ouvriers dans un contexte d’amnésie généralisée, un appel à se réapproprier cette héritage protéiforme et à le mettre à jour.

[cette grève] n’est qu’une aire de repos sur le chemin qui mène à travers des plaines ouvertes. — Call Me Mañana – personnage de Disco Elysium

Qu’on ne s’y trompe pas, le jeu est gorgé d’humour, de poésie et d’une direction artistique à peu de chose près inattaquable. À l’image du désastre amoureux dans lequel se noie Harry Du Bois, Revachol ne se relève pas des bombardements qui ont meurtris ses rues, ses façades et ses habitants, et se cherche de nouveaux rêves. Disco Elysium nous raconte le destin de cette ville dont la destruction est le nid consolidant du capitalisme le plus agressif par sa face sanguinaire. Ce jeu nous raconte entre autre (car il est d’une rare richesse!) qu’il se pourrait que notre (post-)modernité se soit construite sur le massacre d’un idéal incarné par la Commune et de tant d’autres révoltes populaires par les forces en place. Par le jeu vidéo aussi, Disco Elysium atteste sans le moindre détour que l’on peut faire naître et circuler des récits qui fasse vivre l’imaginaire de la lutte, ressusciter son passé et déployer sa mythologie.

Nicolas Bras
pour PointCulture

> discoelysium.com