Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter
Focus

Danse : E-CO.system : un corps connecté à son environnement

guida ines mauricio

danse, environnement, nouvelles technologies, danse contemporaine, sol, art et environnement

publié le par Frédérique Muller

Guida Inês Maurício, danseuse, met en scène l’histoire de nos liens à l’environnement. Son corps évolue sur scène, intégré à la matière du son et de l’image dans une toile d’interactions. Ses mouvements épousent et modifient la musique pour révéler l’intimité de nos liens avec ce qui nous entoure (du 19 au 27 novembre 2020, aux Riches-Claires à Bruxelles).

Une cyborg dans un E-CO.system

Dans la pénombre du début, un corps apparait, un amas mouvant, une vie informe mais bouillonnante. Un son tombe sur la scène, léger, presque fragile. Il s’extrait du bruit de fond, lui donne du relief. Il appelle les premières images, elles aussi éparses et éphémères, qui jaillissent de la vibration initiale. Peu à peu, les sons s’harmonisent, les décors apparaissaient, les mouvements s’accélèrent, le récit commence. Un rythme apparait en même temps que le corps acquiert une structure. Il se déplie, se meut, se redresse, teste ses appuis, cherche sa place puis se met à danser. Le spectacle raconte l’apparition de la vie puis l’impact des actions humaines.

S’il s’agit de sensibiliser le public sur des comportements qui portent atteinte à la bonne santé de l’environnement, il s’agit surtout de rendre visible une relation, de faire émerger la sensation d’interdépendance.

Pour signifier l’interconnexion entre le milieu de vie et les actions humaines, le corps de l’artiste est équipé de capteurs sensoriels. Les mouvements de la danseuse épousent la musique faite de sons naturels et artificiels mais l’influencent aussi, lui impriment un geste, créent une friction. Telle une créature cyborg, la danseuse évolue dans l’image et se réapproprie le pouvoir d’interaction ainsi révélé sur son environnement. Elle vit avec son environnement, reçoit des informations, des émotions, qui la font se mouvoir. Dans le même temps, ses mouvements pénètrent le milieu, modifient sa structure, sa nature.

« Nous ne sommes pas seuls. Nous faisons partie d’un écosystème. Toutes nos actions ont une influence sur notre environnement. La relation entre l’humain et la nature est beaucoup plus intime que ce que nous voyons. » — Guida
guida ines mauricio

Le geste initial pour Guida nait dans le besoin de partager une préoccupation environnementale avec le public, dans l’envie d’inciter à porter un regard plus concerné sur son environnement proche. Il faudrait « traiter davantage la rue, toujours envahie de déchets, comme un chez soi, comme son salon. Les gens sont trop éloignés de leur environnement et ont pris l’habitude de déléguer à d’autres instances la responsabilité de l’action ».

Les préoccupations environnementales devenaient lourdes à porter pour l’artiste. « Je me suis dit qu’en tant qu’artiste, je devais faire quelque chose. C’est par la danse que je veux parler aux gens. C’est peut être bien de parler de ce sujet de la manière qui me convient le mieux, c’est-à-dire la danse et la création artistique. Au début je voulais travailler sur la fragilité des écosystèmes en général. » Puis s’est glissé dans la réflexion le constat que les discours scientifiques utilisent un langage qui n’est pas toujours audible par le citoyen. « C’est souvent lointain dans l’abstraction, lointain aussi dans le temps et l’espace. L’idée m’est alors venue de revenir à une échelle locale et une approche plus sensible. »

« Je crée une musique ou une ambiance et ensuite j’essaie de transmettre des sensations. Comme dans l’art abstrait, parfois, quand tu regardes, tu ne sais pas ce que tu regardes mais tu ressens quelque chose. J’expérimente beaucoup et puis je compose le mouvement. La musique est traduite en émotions puis en mouvement ». — Guida

L’utilisation des nouvelles technologies

Dans sa création, les nouvelles technologies interviennent beaucoup. Elles vont influencer le travail comme un paramètre qui va s’adapter au projet mais qui va aussi lui donner une certaine forme. C’est aussi une contrainte pour les mouvements du corps.

« Les nouvelles technologies peuvent nous aider à trouver des solutions pour un futur plus équitable et plus écologique. La technologie est déjà très présente dans nos vies. On peut avoir deux types d’interactions avec elle. Soit on se laisse envahir par elle et on la laisse gouverner nos vies, soit on essaie d’en profiter pour améliorer nos vies. » teaser — Guida

Ce qui dans son projet permet de se réapproprier de la capacité d’action, c’est le passage par la réaction physiologique, par le corps, par le cœur, par les sensations et les émotions. La danseuse apparait telle une créature hybride qui se reconnecte à son environnement et nous incite à en faire autant.

teaser

Informations :

Direction artistique, chorégraphie et interprétation - Guida Inês Maurício | Programmation et opération des systèmes interactifs, Composition video, effets visuels et sonores - Lucas Lebrun | Production et composition musicale - Laurens Desmet et Feras Daouk | Captation et production d'images/video - Jochen Theys | Installation et programmation des capteurs de mouvement - Tiago Maurício | Régisseur son et lumière - Lucas Lebrun | Dessin de lumières, décor de scène et costume - Guida Inês Maurício

réservations sur le site des Riches-Claires

https://guidamauricio.com/

Classé dans

En lien