Compte Search Menu

Nous sommes très heureux de vous accueillir à nouveau au PointCulture pour la reprise du service de prêt à partir du 19 mai 2020. Lire la suite

Focus

Arts, culture et confinement (5) : Benoît Hageman (Magasin 4)

Tuxedomoon au Magasin 4 - photo Fabonthemoon
Comment une association culturelle basée sur le bénévolat vit-elle la mise à l’arrêt de ses activités pour cause de coronavirus ? Réponses de Benoît Hageman, programmateur de la légendaire salle de concerts rock du bord du canal à Bruxelles : le Magasin 4.

- Yannick Hustache (PointCulture) : Vous avez dû annuler ou postposer des concerts et fermer votre lieu au public. Pouvez-vous nous dire concrètement en quoi la pandémie de coronavirus a touché votre programmation ?

- Benoît Hageman : TOUT est annulé pour le mois de mars. 90% des concerts sont annulés pour avril et pour l’instant 70% pour mai.

- Depuis combien de temps aviez-vous commencé à travailler sur les événements qui devaient avoir lieu dans les derniers jours et semaines à venir ? Espérez-vous les postposer, les remettre à plus tard (quand ?) ou devez-vous malheureusement en partie les annuler complètement ?

- On peut reporter une partie mais pas tout (on compte au maximum pouvoir reporter un tiers des concerts prévus).

La programmation de concerts est un travail continu. On clôture en général la programmation trois mois à l’avance. C’est difficile d’à la fois tout confirmer puis de devoir tout annuler.

- Tout cela a un coût très certainement, implique des conséquences financières néfastes ? À quel point celles-ci sont-elles préoccupantes pour votre structure ? Pensez-vous pouvoir vous en sortir sur vos propres moyens ou la situation risque-t-elle de nécessiter une aide extérieure extraordinaire ? (si oui à quel type d’aide pensez-vous) ?

Du fait de notre structure bénévole, les pertes ne sont pas énormes. Nous n’avons pas de rentrées mais pas non plus de dépenses énormes vu que les cachets des artistes ne sont pas payés. Dans une structure bénévole, c’est plus le maintien de la motivation qui pourrait être problématique. Les seules pertes financières sont les frais fixes (nos factures mensuelles). — Benoît Hageman

Sinon, le plus gros problème est l’impossibilité de pouvoir remplir les objectifs de notre contrat-programme avec le Ministère de la Culture. Les objectifs devraient être ramenés à ceux d’une demi-saison.

- Au-delà de ses côtés handicapants ou inquiétants, pensez-vous que cette période de confinement forcé peut aussi déboucher dans votre cas sur des éléments positifs, par ex. dégager du temps pour prendre du recul, pour régler des chantiers en attente depuis très longtemps… ?

Aucun chantier n’est possible vu le confinement. Vu la situation particulière du Magasin 4 [NDLR : le réaménagement de la zone du canal qui verra la salle expulsée et le bâtiment rasé], on espère un retard des travaux qui doivent nous faire quitter le lieu actuel et une prolongation de notre présence sur place.

Sinon, on compte profiter de ce temps de réflexion pour reprendre de plus belle.

C’est aussi le moment de relativiser l’organisation de concert face à des problèmes aussi graves que ceux vécus aujourd’hui. — Benoît Hageman

- Comment avez-vous occupé ces premiers jours de vie confinée, qu’avez-vous écouté, regardé, lu ? Êtes-vous jusqu’ici très dépendant d’Internet, des contenus en ligne ou arrivez-vous aussi « à décrocher », à écouter des disques, lire un livre, jouer d’un instrument… ?

- Beaucoup de musique, films, séries (100% sur Internet) et de la lecture (à 0% sur Internet). Mais pas de courses cyclistes [NDLR : autre passion de Benoît Hageman].

Et du télétravail : gérer les annulations de concert, le remboursement de préventes et des tentatives de reprogrammation de concerts dans un avenir proche, etc.


Interview (par e-mail) : Yannick Hustache

photo de bannière : empilement d'enceintes pour un concert au Magasin 4
(photo : Fabonthemoon, creative commons)


site Magasin 4 ~ groupe Facebook Magasin 4

En lien