Compte Search Menu

Focus

Arc [Max Eastley]

Insolutherie, invention, corde, sculpture sonore, électro-acoustique

publié le par Marie-Emily Nolens

Compositeur, improvisateur, sculpteur, créateur d’instruments et d’installations sonores, Max Eastley a notamment mis au point l’Arc, un instrument monocorde de près de trois mètres de long, qui peut se jouer à la main, à l’archet, ou avec de courtes […]

Compositeur, improvisateur, sculpteur, créateur d’instruments et d’installations sonores, Max Eastley a notamment mis au point l’Arc, un instrument monocorde de près de trois mètres de long, qui peut se jouer à la main, à l’archet, ou avec de courtes tiges en verre. Longtemps inspiré par les harpes éoliennes, Eastley a développé son Arc à la fois comme une sculpture, un instrument acoustique et électro-acoustique (il est muni d’un microphone qui permet au musicien d’en reprendre le son à travers une série d’effets). Il en tire des drones qu’il marie avec le son de ses propres installations ou avec d’autres musiciens. Il a ainsi au fil des ans développé de nombreuses collaborations avec les improvisateurs anglais de sa génération (Steve beresford, David Toop, Evan Parker) mais aussi avec des musiciens plus jeunes, d’horizons musicaux différents comme Hraham Helliwell, Mark Wastell, Thomas Köner ou le groupe Spacehead. On peut l’entendre sur l’étonnant New and rediscovered musical instruments publié par le label Obscure de Brian Eno en 1975, en collaboration avec David Toop, avec qui il réalisera en 1994 l’étrange album Buried Dreams, qui jettera un pont entre la musique ambient, expérimentale et celle de la scène improvisée.

Benoît Deuxant

> RETOURNER À LA LISTE ALPHABÉTIQUE D'INSTRUMENTS INSOLITES

> RETOURNER À LA THÉMATIQUE 'INSOLUTHERIE'

Les PointCulture restent ouverts ! Bienvenue

Ne plus afficher ce message