Compte Search Menu

Des révoltes qui font date #44

Années 1960 // La pilule a-t-elle permis une révolution sexuelle ?

Loretta Lynn
Pilule contraceptive
L’apparition de la pilule contraceptive dans les années 1960 a-t-elle vraiment provoqué une révolution sexuelle ? Ou est-elle un élément parmi d’autres dans un long parcours de libération de la femme ? Loretta Lynn, star de la musique country, parle avec humour de ses avantages.

Sommaire

La pilule et la révolution sexuelle

Pendant de nombreux siècles, la norme de la sexualité est de procréer, dans le cadre du mariage. Médecins et Église se sont rejoints, tout particulièrement au 19e siècle, pour asséner ce discours aux hommes et aux femmes : la sexualité sert uniquement à faire des enfants, et elle n’a pas lieu d’être hors du mariage. Cette manière de penser très restrictive est bousculée dès la fin du 19e siècle et, depuis lors, les transformations ont été nombreuses et spectaculaires. Elles pourraient même sembler révolutionnaires tant elles sont importantes, et beaucoup parlent de « révolution sexuelle » dans les années 1960-70 mais s’agit-il vraiment d’une révolution ?

Si la pilule contraceptive est arrivée sur le marché au début des années 1960, le mouvement de libération sexuelle avait été entamé bien avant. À partir de 1880 s’ouvre un débat, et des réformes sexuelles sont envisagées au sein de divers mouvements militants, notamment marxistes et néo-malthusiens (ce courant de pensée prône la réduction du nombre de naissances pour contrôler la taille de la population mondiale), mais ces discussions n’auront que peu de résultats. La Première Guerre mondiale aura un rôle de catalyseur et bouleverse profondément la société – beaucoup de femmes ayant travaillé pour soutenir l’effort de guerre. Certaines habitudes changent et parmi celles-ci, on peut noter les rencontres amoureuses : les personnes non mariées peuvent enfin se voir de manière plus privée et ceci amène des opportunités d’intimité physique. Au début des années 1950, même si l’ordre moral pèse encore avec force, la moitié des femmes américaines avait déjà eu des relations sexuelles hors mariage, utilisant (ou pas) les moyens de contraception disponibles à cette époque. Durant les décennies suivantes, ce n’est pas tant la mise sur le marché de la pilule qui a eu une grande influence mais plutôt un mouvement féministe très actif et bien organisé.

Beaucoup de célibataires se voyaient refuser une prescription de pilule par leur médecin et devaient donc se tourner vers d’autres solutions. Pour les femmes mariées, la situation est tout à fait différente. Le baby-boom qui a commencé après la Seconde Guerre mondiale bat son plein et les femmes souhaitent un meilleur contrôle sur le déroulement de leur vie. La contraception hormonale leur permet de mieux planifier les naissances et de les espacer ainsi que de développer une carrière professionnelle. C’est de ce thème que s’est emparée Loretta Lynn dans sa chanson « The Pill ».

« Ça arrivait à tout le monde, mais personne n’écrivait dessus. Ils ne voulaient insulter personne. Moi, je n’ai pas pensé à ça, parce que des femmes vivaient ça. Quand ‘ The Pill ‘ est sortie, tout le monde disait : ‘ encore une chanson grivoise ‘. » — Loretta Lynn dans le documentaire « Country Music »

La pilule reste un moyen de contraception parmi d’autres mais son utilisation facile offre de nombreux avantages. Le mouvement féministe des années 1960-70 en a fait un des fers de lance de sa stratégie pour que les femmes obtiennent la liberté sexuelle et l’égalité avec les hommes.

Loretta Lynn et la country music

Née le 14 avril 1932 près de Paintsville au Kentucky, Loretta Lynn (son nom de jeune fille est Loretta Webb) est une interprète et compositrice de chansons country qui a un succès immense aux États-Unis. Son père était mineur de charbon et a eu huit enfants, Loretta étant la deuxième. À l’âge de 15 ans, elle épouse Oliver Vanetta « Doolittle » Lynn, et, déjà enceinte du premier de ses six enfants avec lui, elle le suit dans les exploitations forestières de l’État de Washington. Sa vie sur place l’inspire et elle écrit ses premières compositions. Son mari lui offre une guitare en 1953 et elle forme un groupe avec lequel elle monte sur scène dans les bars de la région. Elle enregistre son premier disque en 1960, « I’m a Honky Tonk Girl ».

Elle décide de tenter sa chance à Nashville et y est très bien reçue. Elle signe un contrat avec Decca Records et, au cours des années suivantes, elle enregistre de nombreux albums. « Success », « Dear Uncle Sam » (à propos de la guerre du Vietnam), « You Ain’t Woman Enough (to Take My Man) », « Don’t Come Home A-Drinkin’ (With Lovin’ on Your Mind) » sont des hits dans les années 1960. Ce dernier morceau décrit la condition de certaines femmes de l’époque : elle y raconte l’histoire de ces épouses qui refusent d’avoir des relations sexuelles avec leur mari s’ils ont passé la soirée à boire et qu’ils rentrent ivres. C’est son premier hit, et les femmes trouvent enfin une chanteuse qui exprime les choses qu’elles vivent. En 1970, elle parle de sa famille et de ses origines modestes dans « Coal Miner’s Daughter », sa chanson la plus connue et la plus populaire, qui inspirera d’ailleurs une autobiographie (1976) et un film (1980) dans lequel son rôle est interprété par Sissy Spacek et celui de son mari par Tommy Lee Jones.

Durant les années 1980, son succès continue, puis, en 1993, elle sort un album avec deux autres grandes stars de la country, Dolly Parton et Tammy Wynette : Honky Tonk Angels. En 2004, elle atteint un nouveau public avec l’albumVan Lear Rose, co-écrit avec Jack White des White Stripes. Âgée aujourd’hui de 88 ans, elle reste active et publiera son 50e album studio le 19 mars 2021 sur le label Legacy : Still Woman Enough.

Elle est restée en couple avec son mari jusqu’au décès de celui-ci en 1996, mais leur relation a été tourmentée. Il était alcoolique, il l’a souvent trompée et l’a même quittée au moment où elle accouchait d’un de ses enfants, mais ils n’ont jamais divorcé. Cette histoire d’amour tumultueuse a inspiré nombre de ses chansons.

« The Pill »

The Pill

You wined me and dined me when I was your girl
Promised if I'd be your wife
You'd show me the world
But all I've seen of this old world
Is a bed and a doctor bill
I'm tearing down your brooder house
'Cause now I've got the pill

All these years I've stayed at home
While you had all your fun
And every year that's gone by
Another baby's come
There`s gonna be some changes
Made right here on Nursery Hill
You`ve set this chicken your last time
'Cause now I've got the pill

This old maternity dress I've got
Is going in the garbage
The clothes I'm wearing from now on
Won`t take up so much yardage
Miniskirts, hotpants, and a few little fancy frills
Yeah, I`m making up for all those years
Since I've got the pill

I'm tired of all your crowing
How you and your hens play
While holding a couple in my arms
Another's on the way

This chicken`s done tore up her nest
And I'm ready to make a deal
And you can`t afford to turn it down
'Cause you know I've got the pill

This incubator is overused
Because you've kept it filled
The feeling good comes easy
Now since I've got the pill

It's getting dark
It`s roosting time
Tonight's too good to be real
Aw, but Daddy don`t you worry none
'Cause Mama's got the pill
Oh, Daddy don't you worry none
'Cause Mama's got the pill

En 1972, Loretta Lynn compose un morceau controversé qui parle d’un problème qu’elle connaît bien elle-même. Maman de six enfants nés dans un intervalle de six ans (les deux dernières sont jumelles), la chanteuse exprime dans les paroles de « The Pill » son souhait de planification des naissances grâce à la pilule contraceptive. Elle décrit sur un ton comique une femme qui se sent comme une poule d’élevage et dont la seule tâche est de pondre enfant sur enfant.

Son label Decca refuse a priori de sortir le morceau, mais le publiera finalement trois ans plus tard sur l’album Back to the Country (1975). Certaines radios boycottent d’emblée toute diffusion, mais le pouvoir des fans est bien plus grand, autant dans le monde de la country que de la pop. Les femmes se sentent enfin mieux comprises et poussent la chanson vers les sommets des hit-parades. Même si la pilule était disponible sur le marché américain depuis 1960, le sujet était malgré tout polémique, surtout dans le milieu de la country qui est toujours resté très conservateur.


Texte: Anne-Sophie De Sutter

Image de gauche : la pilule, une photo de Simone van der Koelen (via Unsplash)

Image de droite : Loretta Lynn en tournée en 1975, une photo de Gene Pugh (en creative commons sur flickr)

Classé dans