Compte Menu

Rose

Noise, Blues, cinéma, playlist, chanson, pink ribbon, couleur rose, ruban rose, rose

publié le par Bertrand Backeland

Rose - (c) Ann Veronica Janssens, 2007
Selon les propos de l’historien Michel Pastoureau « le rose n’a pas eu d’existence bien définie pendant longtemps. On disait autrefois « incarnat », c’est-à-dire couleur de chair, de carnation. Porté par le romantisme, le rose a acquis sa symbolique au 18ème siècle : celle de la tendresse, de la féminité (c’est un rouge atténué, dépouillé de son caractère guerrier), de la douceur (on dit encore « voir la vie en rose »). Avec son versant négatif : la mièvrerie (l’expression « à l’eau de rose » date du 19ème siècle). Un moment, on l’a plaqué sur l’homosexualité avec une intention péjorative. Les homosexuels ont maintenant choisi le drapeau arc-en-ciel, qui symbolise la diversité, celle des couleurs et celles des êtres, et la tolérance ». Voici quelques manifestations du rose en musique, dans le texte, à l’écran et de manière plus générale dans notre société.

Sommaire


Pinknoise

Enregistrement d'une collaboration entre d'un musicien et d'une musicienne issus de la scène noise. Le duo élabore un flux continu de trente minutes très corrosif pour les tympans, dont le titre Pinknoise (traduit bruit rose) nous met en harmonie avec la fréquence auditive de cette couleur.

Mattin est un artiste qui s'interroge sur les conditions de production de la musique expérimentale à travers des performances (surtout), des enregistrements et des écrits (aussi). Junko Hiroshige (membre fondatrice du groupe bruitiste Hijokaidan) est une artiste qui explore les tessitures extrêmes de la voix humaine. (BB)


Dolly Parton, Backwoods Barbie

Les poupées Barbie ont toujours été associées au rose, couleur préférée des petites filles. En 2008, la plantureuse chanteuse de country Dolly Parton sort un nouvel album faisant référence à la poupée – Backwoods Barbie – non sans une bonne dose d’autodérision. D’ailleurs, sur la pochette, elle porte sa plus belle robe rose, avec une touche de léopard.  (ASDS)


Pink Slip Blues, le blues en rose

Ecrit par Porter Grainger le morceau Pink Slip Blues sera popularisé par la chanteuse Ida Cox. La présente version enregistrée le 31 Octobre 1939 à New York rassemble Oran "hot lips" Page à la trompette, JC Higginbotham au trombone, Edmond Hall à la clarinette, Artie Bernstein à la contrebasse, Lionel Hampton à la batterie et Fletcher Henderson aux commandes du piano (qui remplace James P. Johnson). Ce morceau inaugure l'arrivée pionnière de la guitare électrique dans les orchestres jazz (ce n'est pas rien de le souligner) sous le coude de Charlie Christian.

Il s'agit d'un blues donc (comme son nom l'indique) où il est question dans les paroles de la déception profonde d'une personne venant de recevoir une lettre de licenciement (pink slip) suite aux coupes budgétaires du W.P.A. (Work Projects Administration). Un pli officiel sur papier rose qui a brisé net l'espoir et le rêve de centaines de destinées. (BB)


13 chansons sur la couleur rose

Treize chansons où les chanteurs voient la vie en rose. D’Édith Piaf à Arielle Dombasle, en passant par Hubert-Félix Thiéfaine, -M-, Emmanuelle Parrenin, Dashiell Hedayat, Léo Ferré et bien d'autres... (GT)

Lien vers la playlist.

Chedid rose


Le rose au cinéma


        - La panthère rose (F. Freleng et H. Pratt, 1964)

Personnage créé par Fritz Freleng pour le générique du film The Pink Panther (Blake Edwards, 1963), la Panthère rose connut un tel succès qu’elle eut droit par la suite à une série de courts métrages dont The Pink Phink qui remporta même un Oscar en 1965. Le personnage est également indissociable de la célèbre musique d’Henry Mancini composée à l’origine pour le film de Blake Edwards. (MA) 

       

        - Ma vie en rose (A. Berliner, 1996)

Avec cette fantaisie réaliste, Alain Berliner aborde les thèmes de l’identité sexuelle, de la tolérance et de la représentation « classique » d’une famille « normale ». Le titre du film renvoie directement aux stéréotypes liés aux réappropriations des codes couleurs (le bleu pour les garçons, le rose pour les filles). (MA)

       

        - Grand Budapest hotel (W. Anderson, 2013)

Avec un sens de l’humour et de l’esthétique qui n’appartiennent qu’à lui, Wes Anderson signe une jolie poésie naïve et acidulée où les codes chromatiques sont de première importance. Ainsi la façade rose et bleue de l’hôtel symbolise la nostalgie et la candeur propres à l’enfance. Par opposition, les couleurs des cages d’ascenseur (rouge) ou celles des costumes du personnel (mauve) renvoient quant à elles au deuil et à la violence.(MA)


Ruban rose & Dragon Ladies

Le ruban rose (en anglais pink ribbon) est le symbole de la lutte contre le cancer du sein. Octobre est le mois dédié à ce combat.

Dragon ladies, documentaire sur des femmes qui se relèvent d’un cancer du sein à travers un défi collectif ! (CD)


une playlist collective de PointCulture à laquelle ont participé :


Anne-Sophie De Sutter, Christel Depierreux, Michael Avenia, Guillaume Duthoit et Bertrand Backeland.


Image de la bannière : Ann Veronica Janssens, dans la brume de son installation Rose (2007)

Classé dans