Compte Menu

Vve Tierenteyn-Verlent, petite histoire de la moutarde de Gand

histoire, alimentation, plantes, Gand, URBNportraits, artisanat, gastronomie, Moutarde, Tierenteyn-Verlent (moutarde)

publié le par Alicia Hernandez-Dispaux

Moutarde Vve Tierenteyn-Verlent
Élue meilleur produit de restauration locale en janvier dernier, la moutarde Vve Tierenteyn-Verlent est, depuis plus de deux siècles d’existence, une solide institution culinaire à Gand.

Si la moutarde est vieille de milliers d’années (elle est déjà couramment utilisée à l’Antiquité en Méditerranée), à Gand elle se fait doucement connaître dans le courant du 19ème siècle grâce à Petrus Tierenteyn. Il est le fondateur de l’entreprise qui porte originellement son nom.

L’histoire amène un deuxième nom de famille, celui de Verlent. Il appartient en fait à Adelaïde (Verlent) qui se marie au fils du fondateur de la moutarde de Gand, August Tierenteyn. Quelques années après leur union, la jeune femme perd malheureusement son mari. Père et fils étant décédés, la veuve se retrouve à la tête de l’établissement. La moutarde portera désormais le nom de « Vve (veuve) Tierenteyn-Verlent ».

Moutarde Vve Tierenteyn-Verlent - façade

Dès sa création, la petite épicerie remporte un franc succès, ce qui permet à Petrus Tierenteyn d’investir rapidement dans une machine à vapeur destinée à faciliter la main d’œuvre. A l’époque, il s’agit d’une petite révolution ! Le prix de la moutarde descend, élargissant considérablement la clientèle qui jusqu’alors se rattachait à une couche aisée de la population.

Sur la Groentenmarkt de Gand, le temps s’est figé. L’épicerie Vve Tierenteyn-Verlent y est située depuis 1867 ! De la petite place qui accueille actuellement de manière régulière des marchés bios et artisanaux se dégage une atmosphère appartenant à un passé immuable. Le Café Galgenhuis daté du moyen âgecôtoie la boutique dont la façade couleur vert bouteille est percée de deux grandes baies laissant entrevoir un intérieur stylisé. Le pas de la porte franchit, c’est un véritable retour dans le temps dans lequel nous sommes invités à entrer (pour notre plus grand plaisir), l’épicerie Vve Tierenteyn-Verlent est restée pratiquement inchangée depuis sa création !

Jusqu’à la fin des années 1940, l’établissement reste aux mains des Tierenteyn-Verlent et ne cesse de prospérer. À la mort du fils d’Adelaïde (Felix Tierenteyn-Verlent) l’entreprise familiale est revendue à des mains étrangères. Dès lors, disparait une partie du savoir-faire qui avait jusqu’alors été transmis de génération en génération… Toutefois, la recette continue d’enchanter les papilles gustatives des clients, garantissant la pérennité de la marque à travers les époques.

Moutarde Vve Tierenteyn-Verlent (plante)

Nous l’avons testée !

Du latin « mustum ardens » (moût ardent), la moutarde est une plante issue de la famille des Brassicacées. Ses graines et ses feuilles sont comestibles et sont des petits trésors contenant une multitude de vertus pour la santé. Riche en nutriments, naturellement pauvre en graisses, la moutarde fait partie des condiments ultra sains qui favorisent la digestion, soulagent le dos ou encore libèrent le nez !

La moutarde Vve Tierenteyn-Verlent est caractérisée par une teinte très foncée. Cela s’explique par le fait qu’à la différence de la moutarde de Dijon qui est fabriquée à base de graines de moutarde jaunes, la moutarde de Gand est fabriquée avec des graines noires. La finesse et l’onctuosité de sa texture sont difficilement égalables… D’aucuns, supportant moyennement le piquant préfèreront s’abstenir au risque de s’enflammer, lorsqu’au contraire, celles et ceux qui en raffolent ne pourront se passer d’ajouter une cuillerée çà et là dans leurs plats sans jamais pouvoir s’en lasser.

Un contenu divin donc pour un contenant pour le moins étonnant… Les petits pots en plastique blanc (disponibles à Bruxelles) ressemblent davantage à des boites de gélules vendues en pharmacie. Il est préférable de se rendre directement à Gand, dans la boutique originale pour se procurer le traditionnel pot en verre ou en terre cuite à l’esthétique décidément plus appétissante.

L’étiquette de la marque est quant à elle commune à tous les styles de packaging. Une typographie élégante, noire sur fond blanc, accompagnée d’un petit croissant de lune faisant référence à la façade d’une des épiceries que la famille Tierenteyn-Verlent développa fin des années 1860. La «maison du croissant » avait l’avantage de pouvoir être distinguée par les jeunes servantes illettrées chargées d’acheter la moutarde. La demi-lune, reconnue par les citadins, s’impose ainsi comme le symbole de ce mets gantois incontournable.

Site Web : http://www.tierenteyn-verlent.be/

Classé dans