Compte Menu

"Qu’est-ce qu’on attend ?": un film en transition

Qu'est-ce qu'on attend? - Marie-Monique Robin (1)
Le film de Marie-Monique Robin actuellement visible en Belgique documente en profondeur ce qui est en marche - "en transition" - dans la petite ville alsacienne d’Ungersheim

Qu'est-ce qu'on attend? - Marie-Monique Robin - afficheCela commence en douceur. Les premières images embarquent le spectateur dans un véhicule attelé à un cheval de trait. Celui-ci reviendra d’ailleurs quelquefois dans le film… Une manière de le scander, tant le film aborde les multiples facettes toutes dépendantes d’un projet de société, mais aussi une manière d’illustrer ce qui est en marche dans la petite ville d’Ungersheim. Car les choses y bougent avec une solide détermination. Cette localité d’un peu plus de 2 000 habitants, située en Alsace, a fait le pari de la transition notamment énergétique : penser l’après-pétrole et réduire son empreinte écologique ; c’est ce que nous apprend le plus simplement la première étape du film qui se déroule… dans une classe d’école primaire. La pédagogie étant un passage obligé pour changer de paradigme.

Au début, cela n’a pas l’air simple. Les questions fusent… Et le spectateur est un peu perdu. Mais une figure se démarque rapidement dans la classe, c’est celle du maire d’Ungersheim, Jean-Claude Mensch, qui répond aux écoliers avec une vraie joie de transmettre, positive et concrète. Il apparaîtra tout au long du film, en divers lieux ; il est la figure centrale du projet.

Qu'est-ce qu'on attend? - Marie-Monique Robin (2)Au fil des ans, cet homme d’origine plus que modeste – fils de mineur, il a lui-même passé plus de trente ans de sa vie dans la mine (de l'âge de 17 à l'âge de 52 ans) –, devenu militant dès les années 1980, a su, par son énergie et sa bienveillance, mobiliser l’enthousiasme de la plupart de ses concitoyens dans le sens du bien commun, prônant l’autonomie intellectuelle et énergétique ainsi que l’autosuffisance alimentaire.

« L’autonomie » est en effet le maître mot du programme de démocratie participative qu’a lancé la municipalité en 2009 : relocaliser la production alimentaire pour réduire la dépendance au pétrole, promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire, le « Radis ». Ce sont tous ces défis et les hommes et les femmes qui s’y engagent, que le film expose.

Qu'est-ce qu'on attend? - Marie-Monique Robin (3)Tourné sur quatre saisons durant l’année 2015 – année cruciale qui a vu l’aboutissement de la quasi-totalité du programme de transition –, Qu'est-ce qu'on attend ? montre qu’il est possible de changer de paradigme, de s’affranchir des énergies fossiles et, surtout, que la transition n’est plus vue seulement comme une « réponse » au changement climatique mais comme une opportunité ouvrant des voies nouvelles, concrètes, pour qu’un autre futur, positif cette fois, puisse être envisagé. Si rien n’est acquis à Ungersheim – qui ne s’est pas soudainement et entièrement convertie à la vision de son maire – de belles choses s’y passent, notamment grâce à la présence et la volonté de Jean-Claude Mensch. Il n’est pas seul, bien sûr, et sait qu’il peut compter sur toute une petite communauté de la ville pour continuer le mouvement qu’il a initié… Mais il est la figure centrale du film qui peut également se voir comme un hommage à ces élus locaux habités par une vision et la volonté de la transmettre.

Si, formellement, le film de Marie-Monique Robin ne répond sans doute pas à toutes nos attentes, il expose clairement les faits. D’une durée proche des deux heures, il prend le temps de montrer que des alternatives existent et sont possibles, par un enchaînement de séquences d’une grande lisibilité, formant un tout cohérent, à l’instar de tous ses films, eux aussi largement documentés.

Qu’est-ce qu’on attend ? s’inscrit surtout dans la continuité de deux de ses réalisations précédentes : Les Moissons du futur (2012), et plus particulièrement Sacrée croissance ! (2014), qui questionnait le dogme de la croissance illimitée et montrait des expériences abouties au nord et au sud de la planète traçant la voie vers une société post-carbone, plus durable, plus juste et plus solidaire. Tourné dans sept pays, Sacré croissance ! ne comportait cependant aucun exemple français. C’est lors d’une projection du film à Thann (Haut-Rhin) que Marie-Monique Robin a découvert l’existence du programme de transition d’Ungersheim, qui, selon les mots de Rob Hopkins – le père du mouvement des villes en transition – déclare cette expérience comme « unique au monde ».


Marc Roesems


avant-première
en présence de la réalisatrice et du maire d'Ungersheim

Ce mercredi 24 mai à 20h15

Cinéma Vendôme
18 chaussée de Wavre
1050 Bruxelles (Ixelles)