Compte Menu

De la Ciudad Baigón à l'Espace Senghor

Concert, Espace Senghor (Bruxelles), URBNportraits, musique du monde, Buenos Aires, tango, ville imaginaire

publié le par Anne-Sophie De Sutter

Orquesta Típica Ciudad Baigón
Ciudad Baigón – la ville Baigón – une ville inventée, une ville qui telle Gotham City est le miroir de Buenos Aires mais possède une atmosphère plus sombre, plus dense.

Depuis une dizaine d'années, le groupe de tango Orquesta Típica Ciudad Baigón, mené par Hernan Cabrera, tente au travers de sa musique de raconter cette autre ville, de décrire par l'intermédiaire des sons et rythmes l'atmosphère impénétrable d'une métropole qui tente de cacher ses côtés inquiétants et obscurs, les sans-abri, les fous, les prostituées, les repris de justice… Les musiciens sont en quête permanente du pouls de la ville, ils essaient d'être le catalyseur d'un certain climat et de créer la bande-son de Buenos Aires – ou de Ciudad Baigón ?

L'Orquesta Típica Ciudad Baigón compte onze musiciens (piano, bandonéons, violons) et un chanteur. Il est constitué en une coopérative indépendante, produisant ses propres albums et organisant ses propres tournées.

Orchestre de rue à l'origine, le groupe a dû trouver un endroit pour jouer suite au harcèlement de la police. Il a déniché un vieux bâtiment en ruines qu'il a rénové et transformé en espace culturel, le Galpón B. Cet espace totalement indépendant fait office d'école de tango et de salle de concert mais aussi de lieu de résistance, mettant la musique au cœur de la ville et de ses habitants. La formation joue d'ailleurs souvent en rue, dans le quartier de San Telmo, à deux pas du théâtre.

Un groupe de tango, donc. Un tango ancien et moderne à la fois, inspiré par la musique classique russe et les compositions d'Osvalo Pugliese et d'Aníbal Troilo mais créant des orchestrations et des compositions complexes qui cadrent plus dans une optique rock. Le collectif a sorti trois albums, Ciudad Baigón en 2008, Destierro en 2010 et enfin Elogio de la oscuridad en 2014. Ce dernier disque crée un univers urbain et raconte des histoires contemporaines, loin de la nostalgie du passé. « Refugiados » décrit la nécessité de s'échapper d'un régime qui opprime son peuple; « Nuestra humanidad » est inspiré par l'intervention musclée de la police lors des émeutes dans l'hôpital psychiatrique Borda en 2013. « Una manera dificil de imitar un gallo » est une composition dont les paroles ont été écrites par Indio Solari, musicien de la scène rock underground des années 1980 et parle d'un prisonnier tout droit sorti de l'univers urbain de Baigón.

Un nouvel album sera enregistré dans les studios d'Abbey Road à Londres lors de la prochaine tournée en Europe (avec un passage à l'Espace Senghor de Bruxelles) et étendra son répertoire au-delà du tango et de la milonga, incluant des traditions argentines plus locales.

Représentant du tango du 21e siècle, l'Orquesta Típica Ciudad Baigón est un groupe ancré dans la ville de Buenos Aires, une ville qui a subi de nombreuses transformations au cours des dernières décennies.


Anne-Sophie De Sutter


Jeudi 19 octobre 2017

Espace Senghor

366 chaussée de Wavre
1040 Bruxelles (Etterbeek)

Classé dans