Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter

Report | PUNCH | Public Spaces

le 31/03 de 10h30 à 13h00 - PointCulture Bruxelles

PUNCH.jpg

Cet évènement est terminé !

Trouver d’autres évènements en cours

publié le

Dans le cadre du cycle PUNCH, Pour un numérique humain et critique

La conférence est reportée à une date ultérieure.


Une séance proposée par RAB/BKO

RAB/BKO souhaite mieux comprendre ce qui se fait/projette actuellement chez les autres membres du réseau (et chez les autres acteurs culturels à Bruxelles) en matière de pratiques numériques - plus particulièrement en ce qui concerne le questionnement de l'éthique des outils numériques que nous utilisons au quotidien, et celle de l'Internet d'aujourd'hui en général.

Il existe une demande claire pour un internet plus éthique parmi les opérateurs culturels. Jusqu'à présent, cela a généralement conduit à des actions individuelles au succès variable. En engageant de multiples parties prenantes, les districts culturels et les organisations en réseau pourraient aider et amplifier ces processus. Nous avons trouvé une source d'inspiration à Amsterdam, où PublicSpaces a été établi comme une coalition réussie d'acteurs culturels qui adaptent à nouveau l'internet aux besoins de l'utilisateur.

Sander Van der Waal présentera le fonctionnement de PublicSpaces et la discussion portera également sur des exemples concrets de la manière dont les organisations peuvent déjà traiter Internet de manière plus éthique. Nous inviterons également plusieurs acteurs culturels bruxellois à parler de leurs propres projets.

PUNCH* (Pour un numérique critique et humain : Culture & Démocratie, Gsara, ACMJ, La Concertation, La Maison du livre, Librex, PAC, PointCulture, cfs.EP, Cesep)


Pour un numérique humain et critique, un cycle collaboratif

Il y a quelque temps, interroger la digitalisation du monde était une question spéculative: on tentait d’imaginer la forme qu’elle pourrait prendre, et ses éventuelles conséquences. Quand le groupe PUNCH a commencé à s’intéresser aux changements que la numérisation allait produire dans la société, cela relevait d’un travail sur toute une série de « nouvelles pratiques ».

Aujourd’hui, il nous semble qu’il est temps de faire une sorte de retour d’expérience.

D’une part parce que le numérique est dans notre quotidien. Non plus une étrange et mystérieuse promesse, mais un élément banal. La présence du numérique n’a plus rien d’étonnant, c’est au contraire lorsqu’on se retrouve « sans réseau » que la situation paraît exceptionnelle.

D’autre part parce que nous avons beaucoup plus de savoirs sur ce qu’implique l’utilisation des machines digitales, mais ce savoir est à la fois peu visible, puisqu’il n’a plus rien de spectaculaire, et aussi -- c’est peut-être là l’essentiel -- peu valorisé, parce qu’issu de la pratique, du terrain, de métiers souvent déjà peu valorisés : infirmières, travailleurs sociaux, animateurs des EPN, mais aussi chacun d’entre nous dans notre quotidien…

La question n’est pas d’instruire le procès de la numérisation, cela n’a pas de sens et ne servirait à rien. Mais comprendre ce que le numérique rend possible, et ce qu’il rend impossible ou très difficile. Quels sont les agencements réels avec l’économie, mais aussi avec les problématiques DRH du management, avec la privatisation… ?

On voit déjà bien ce que produit la numérisation, mais l’intérêt est d’en proposer autre chose qu’un simple retour utilisateur : poser l’importance de l’expérience, de plus en plus contestée par des savoirs formalisés, évaluables, communicables… et poser cette importance non pas comme une marque de nostalgie, mais comme une production de nouveaux savoirs.

Peut-être souligner aussi le fait que des lieux commencent à exister, comme ce cycle, où il y a une modeste possibilité de travailler ces questions et une certaine réflexion qui s’accumule…

Où et quand

Classé dans