Compte Search Menu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d’améliorer le contenu de notre site, la réalisation de statistiques de visites, le choix de vos préférences et/ou la gestion de votre compte utilisateur. En savoir plus

Accepter

Grisélidis Réal, Carnets de bal | Doc sur le Pouce

le 14/01/2022 de 12h30 à 13h30 - PointCulture Bruxelles

19_doc_griselidis_real_coraly_ren_contres__copy_dr__loeildoliv.jpg

publié le

Un rendez-vous mensuel sur votre temps de midi pour découvrir un film documentaire ...

Grisélidis Réal, Carnet de bal de Vanessa Fröchen & Natacha Giler (54’ - 2013 - FR)
VO FR

"Que vaut-il mieux prostituer : son cul ou son âme ? Le cul, bien entendu. C'est plus pénible physiquement, mais c'est plus propre." Quand à 30 ans, au début des années 60, Grisélidis fuit Genève avec ses deux enfants et son amant noir, c’est pour quitter une vie qu’elle trouve trop ennuyeuse. Sans économie et sans destination précise, elle vit au jour le jour. Cette quête de liberté ne la lâchera plus. Par choix, elle deviendra une catin révolutionnaire, une femme forte et combative - habitée par la rage de l’humanité.

Toute sa vie, elle se prostituera "pour ne pas mourir", écrira "pour ne pas mourir" ; il en résulte cinq livres.

Le film convoque quantité d’archives visuelles et la personnalité éclatante de cette artiste engagée crève littéralement l'écran. Son militantisme joyeux et tonitruant donne le ton au film. Le témoignage de ses trois fils, notamment de l’aîné Igor Schimeck, pointent les contradictions d’une femme qui, devenue mère malgré elle, a assumé ce rôle avec amour et anticonformisme, comme tout le reste. Yves Pagès, son éditeur, et Jean-Luc Hennig, l’ami de cœur – inspirateur et destinataire d’une volumineuse correspondance – retracent l’épanouissement littéraire de cette rebelle qui n'a jamais mâché ses mots. En 2009, quatre ans après son décès, son corps sera transféré à Genève, "là où sont enterrées les personnes qui ont fait l’histoire de la ville". L’épitaphe sur sa stèle indique : "Peintre, écrivaine, prostituée".


Doc sur le pouce c'est aussi la possibilité de se restaurer, avant, pendant ou après la projection.
Sur réservation !

Où et quand

Partenaires

En lien

Acheter un billet